Articles

Dictionnaire étymologique des noms français et latins.

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

a
Absinthe : du latin 'absinthium', lui-même du grec 'apsinthion' (sans douceur) les boissons préparées à base d'absinthe étaient désagréable à boire à cause de sa grande amertume. L'Absinthe
Acanthe : du grec 'akanthos' (épine, piquant) allusion aux hampes florales et au feuillage épineux de certaines espèces. L'Acanthe molle
Achillée, Achillea : du grec 'akhileios' (herbe d'Achille), Homer raconte dans l'Iliade qu'Achille soignait les soldats avec cette herbe lors de la guerre de Troy. L'Achillée millefeuille
Acinaciformis : de 'acinaces' (espèce d'épée courbe utilisée en Perse) allusion à la forme des feuilles. La Figue des Hottentots
Agaves : du grec 'agauê' (admirable, magnifique). L'Agave américain
Aigle : Si l'on arrache une feuille développée, dont on coupe la base brune, on aperçoit, sur la face coupée, un aigle à deux têtes. La Fougère commune
Ailante : de l'indonésien 'ai' (arbre) et 'lanto' (ciel) du fait de sa hauteur (30m). Certains botanistes ont à tort écrit 'ailant(h)e' et 'ailant(h)us' avec un 'h' pensant que le mot venait du grec. L'Ailante glanduleux
Akantha : nymphe qu'Apollon, dieu du soleil, voulut enlever, mais elle le griffa au visage. Pour se venger, il la métamorphosa en une plante épineuse. L'Acanthe molle
Aladèrn, Alaterne : du latin 'alaternus' (alterne), les feuilles sont disposées de manière alterne sur les rameaux. Le Nerprun alaterne
Alba : du latin 'albus' (blanc, pâle). Le Mûrier blanc Le Rouvet blanc Le Chénopode blanc Le Mélilot blanc
Alopecurus : du grec 'Alopeka oura' (queue de renard). Le Vulpin des champs
Ampourde : dérivé de l'occitan 'lamporda', lui-même du latin 'lappa' (nom donné à la bardane), les deux plantes ont des fruits similaires à épines crochues. La Lampourde glouteron
Amygdalus : du grec 'amande'. L'Amandier
Anemone : du grec 'anemos' (vent ). L'Anémone des jardins L'Anémone à fleurs de narcisse L'Anémone des bois L'Anémone fausse renoncule
Angustifolia : du latin 'angustus' (étroit) et 'folium' (feuille). La Filaire à feuilles étroites La Lavande vrai L'Olivier de bohème La Centranthe à feuilles étroites
Anthemis : du grec 'Anthemos' (fleur). L'Anthémis des champs L'Anthémis fétide L'Anthémis maritime
Aparine : du grec 'apairo' (qui s'agrippe). Le Gaillet gratteron
Aphyllanthes : du grec 'aphullos' (sans feuille) et 'anthos' (fleur). L'Aphyllante de Montpellier
Apifera : du latin 'api' (abeille). L'Ophrys abeille
Aptenia : du grec 'apten' (sans aile) allusion au fruit qui ne procède pas d'aile. Le Ficoïde à feuilles en coeur
Arbousier : du celte 'arbois' (bois austère). L'Arbousier
Arifolium : en latin (à feuilles d'arum). L'Oseille commune
Arrucat : de l'occitan 's'arrucar' (se recroqueviller), la rosette coupée se recroqueville en arrière. L'Arrucat
Arvensis : en latin (des champs). Le Liseron des champs La Moutarde sauvage La Prêle des champs Le Mouron rouge Le Souci des champs L'Anthémis des champs L'Aspérule des champs La Menthe des champs Le Tabouret
Aspera : du latin 'asper' (âpre, rude, rugueux). La Salsepareille
Asperula : du latin 'asper' (âpre, rude, rugueux), allusion aux poils raides de plusieurs espèces. L'Aspérule des champs L'Aspérule odorante
Asphodelus : du grec 'asphodelos' nom déjà donné à la plante (fer de pique) allusion à la forme des feuilles. L'Asphodèle fistuleux L'Asphodèle ramifié
Asteriscus : du grec 'asterisho' (étoile) Allusion aux longues bractées vertes et pointues disposées en étoile autour des capitules. L'Astérolide épineuse
Atropurpurea : (pourpre sombre) ; du latin 'ater' (noir) et 'purpureux' (pourpre). La Scabieuse maritime
Austral : du latin 'autralis' (du midi). Le Polypode austral Le Salsifis austral Le Micocoulier de Provence La Tulipe du Midi Le Roseau commun
Azerolier : de l'espagnol 'acerola' lui-même de l'arabe 'az-zou'roûr' ou 'az-zucrur'. L'Azérolier


Haut de page  Haut de page  Haut de page

b
Baccata : du latin 'bacca' (baie). L'If
Barbarie : du latin 'barbarum', ancien nom désignant l'Afrique du Nord. Le Lyciet commun Le Figuier de Barbarie


Haut de page  Haut de page  Haut de page

c
Caerulea : du latin (bleu azur). La Catananche bleue La Nigelle de Damas L'Aspérule des champs
Calendula : du latin 'calendae' (les calendes ; premier jour de chaque mois chez les Romains) allusion à la sa longue floraison. Le Souci officinal Le Souci des champs
Camerisier : des mots grec 'kamaï' (bas) et 'kerasos' (cerisier), cet arbrisseau produit des baies rouge brillant et ressemblerai à un petit cerisier. Le Chèvrefeuille des haies
Camomille : dérivé du grec 'Khamaimêlon' (pomme tombée à terre), allusion à de l'odeur de pomme que ses feuilles dégagent si on les froisse. La Camomille sauvage L'Anthémis des champs L'Anthémis fétide
Campanula : en latin (petite cloche), allusion à la forme des fleurs en clochette. La Campanule raiponce
Câpre : du latin 'capparis' (câpre) lui-même probablement tiré du grec 'kapparis' (prendre avec les dents, grignoter). Le Câprier commun
Cardamine : du grec 'kardamon' (terme qui désignait le cresson alénois (Lepidium sativum)). La Cressonnette
Caria : du grec 'karía' (Carie) région d'Asie Mineure d'où les Grecs pensaient que le figuier était originaire. Le Figuier
Caroubier : de l'arabe 'kharroub', lui-même dérive de l'hébreu 'kharouv'. Le Caroubier
Carpobrotus : du grec 'karpos' (fruit) et 'brotos, brota' (comestible). La Figue des Hottentots
Catananche : du grec 'katanánkhê' (philtre d'amour), une espèce était utilisée pour préparer un philtre d'amour. D'où le nom commun 'cupidone'. La Catananche bleue
Ceratonia : dérive du grec 'keras' (corne) allusion à la forme du fruit qui ressemble à une corne de bouc. Le Caroubier
Cercis : du grec 'kerkis', nom de la navette du tisserand, allusion à la forme de la gousse. L'Arbre de Judée
Chèvrefeuille : traduction du latin 'caprifolium' (chèvre et feuille), les chèvres apprécient les feuilles pour se nourrir. Le Chèvrefeuille des bois Le Chèvrefeuille étrusque Le Chèvrefeuille entrelacé Le Chèvrefeuille des haies
Chondrilla : du grec 'khondros' (grain), le latex de la plante devient grumeleux en séchant. La Chicorée à la buche
Clematis : du grec 'klêma' (sarment). La Clématite vigne-blanche La Clématite petite flamme
Clinopodium : du grec 'klinê' (lit) et 'pous' (pied) les fleurs ressemblent à des pieds de lit. Le Grand basilic
Colchique : dérivé de 'Colchine' contrée asiatique célèbre pour ses mines d'or et ses plantes vénéneuses. Le Colchique d'automne
Conopsea : du grec 'konop' (moucheron) et 'opsis' (apparence) allusion aux deux sépales latéraux étalés comme les ailes d'une mouche. L'Orchis moucheron
Cordifolia : des mots latins 'cordis' (coeur) et 'folia' (feuille) qui à la forme d'un coeur. Le Ficoïde à feuilles en coeur Le Tamier commun
Cornouiller : du latin 'cornum' (corne) car le bois de cet arbre est dur comme de la corne. Le Cornouiller male
Crataegus : du grec 'kratos' (dur). L'Aubépine à un style L'Azérolier L'Aubépine épineuse
Crepi : du grec 'krêpis' (soulier), ancien nom grec et latin d'une plante qui a la tige feuillée. L'Arrucat Le Crépis à feuilles de bourse à pasteur Le Crépis de Nîmes
Cymbalarie, Cymbalaria : du latin 'cymba' (nacelle, barque) les feuilles sont légèrement concaves comme une barque ou une cymbale. La Cymbalaire


Haut de page  Haut de page  Haut de page

d
Dalechampii : dédié à Jacques Daléchamps, médecin et auteur de 'Historia generalis plantarum' (1586-1687). L'Urosperme de Daléchamps
Daphné : du grec 'daphne' (le laurier), pour échapper à Apollon qui s'était épris d'elle, Daphné, fille du dieu-fleuve Pénée, se réfugia chez son père qui la transforma en laurier qui devient alors la plante favorite d'Apollon. Le Garou
Datte : du grec ancien 'dáktylos', (doigt) en référence à la forme alongée du fruit. Le Palmier-dattier
Datura : de son nom arabe 'tatourah' (tat = piquer), allusion aux épines des fruits. Le Datura innoxia La Datura ferox La Datura stramoine
Dent de Lion : allusion aux feuilles découpées en forme de dents de lion. Le Pissenlit
Des oiseaux : les graines sont très appréciées par les oiseaux. Le Mouron des oiseaux Le Sorbier des oiseleurs
Diplotaxis : du grec 'diplos' (double) et 'taxis' (rang) du fait que les graines sont disposées sur deux rangs dans chaque loge du fruit. Le Diplotaxis La Roquette
Dipsacus : du grec 'dipsa' (soif). La Cardère sylvestre
Dulcamara : du latin 'dulcis' (doux) et 'amarus' (amer). La Morelle douce-amère


Haut de page  Haut de page  Haut de page

e
Echinophora : du grec 'échinos' (hérisson) et 'phérein' (porter). L'Echinophore épineuse
Echinops : du grec 'echinos' (hérisson) et 'opsis' (aspect). L'Azurite
Echium : du grec 'echion' dérivé de 'ekis' (vipère) la plante dont plusieurs parties ont des ressemblances avec les vipères laissait croire à l'époque qu'elle avait des propriétés contre les morsures de serpents. La fleur ressemble à la mâchoire, le style bifide f La Vipérine vulgaire La Vipérine faux-plantain
Encensier : la plante à une odeur d'encens. Le Romarin
Eriobotrya : du grec (grappe de laine), à cause de l'aspect cotonneux des bourgeons et des rameaux. Le Néflier du Japon
Eryngium : du grec eryggion, nom déjà donné à la plante. Le Panicaut maritime La Férule commune
Escaròla : du latin 'scariola'. La Saint Joseph
Esquilhapè : en occitan (glisse-pied), peut-être à cause de son aspect luisant qui ferait penser que l'on puisse glisser dessus. Le Pissenlit luisant
Etrusca : en latin (étrusque), qui vient d'Étrurie (région d'Italie, correspondant à peu près à la Toscane). Le Chèvrefeuille étrusque


Haut de page  Haut de page  Haut de page

f
Férule : du latin 'fero' (porter, tenir) dans ma mythologie grecque, Prométhée rapporta aux hommes sur terre, le feu qu'il dérobât à Zeus. Il put le transporter grâce à un bâton de férule dont la moelle intérieure se consume lentement à la façon de l'amadou sans p La Férule commune
Ficaire : du latin 'ficus' (figue) les racines ont la forme de petites figues. La Renoncule ficaire
Filaire : du grec 'phyllon' (feuille). La Filaire à feuilles étroites La Filaire à larges feuilles
Flavum : du latin 'flavus' (jaune). La Glaucière jaune
Foetidus : du latin (fétide, qui sent mauvais). L'Hellébore fétide
Fragaria : du latin 'fraga' (fraise, je sens bon). Le Fraisier des bois


Haut de page  Haut de page  Haut de page

g
Galium ou Gaillet : du grec 'galion' lui-même issu de 'gala' (lait) car certaines espèces ont la propriété de faire cailler du lait. Le Gaillet gratteron Le Gaillet vrai
Glaïeul : du latin 'gladius' (glaive) allusion à la forme longue et pointue des feuilles. Le Glaïeul d'Illyrie
Glaucière, Glaucium : du latin 'glaucus' (glauque, couleur vert-bleuâtre). La Glaucière jaune
Grapaud : en occitan (crapaud) la feuille a l'apect rapeux de la peau des crapauds. La Porcelle
Grenade : du latin 'granatus' (abondant en grains). Le Grenadier
Grèpia : en occitan 'infertile' allusiion aux lieux où pousse la plante. La Terre-grèpe


Haut de page  Haut de page  Haut de page

h
Herbe au charpentier, au cocher, au voiturier : ils utilisaient la plante pour soigner leurs blessures. L'Achillée millefeuille
Herbe aux coupures, à la saignée, Saigne-nez : la plante est utilisée pour ses propriétés vulnéraires. L'Achillée millefeuille
Herbe aux dindes : au Québec, les dindes étaient nourries avec. L'Achillée millefeuille
Herbe aux gueux : Pour susciter la pitié, les mendiants se frottaient avec les feuilles pilées donc l'action irritante produisait des plaies à l'apparence d'ulcère. La Clématite vigne-blanche
Herbe de la Saint-Jean : elle fait partie des 32 herbes de la Saint-Jean. L'Achillée millefeuille
Herbe de Saint-Joseph : Saint-Joseph est le patron des charpentiers. L'Achillée millefeuille
Hieracium : du grec ancien 'hierax' (épervier, faucon) une croyance populaire disait que ces oiseaux en buvaient le suc pour fortifier leur vue. L'Épervière piloselle L'Épervière tachée
Hippochoeris, Hypochaeris : du grec 'hupokhoiris, khairos' (porc). L'Anémone des jardins
Hortensis : en latin (de jardin). La Bourrache L'Anémone des jardins L'Arroche des jardins La Rue graveole
Hypericum : du grec 'hypo' (presque) et éreikê (bruyère) nom grec de la plante. Le Millepertuis perforé


Haut de page  Haut de page  Haut de page

i
If : du celte 'ivin' ou du grec 'hyfe' (tissu) on confectionnait des vêtements à partir des fibres de son bois. L'If
Implexa : en latin (entrelacée). Le Chèvrefeuille entrelacé


Haut de page  Haut de page  Haut de page

j
Jambon du jardinier : peut-être du fait que la racine une fois cuite ressemble et a la même couleur que du jambon cuit. L'Onagre bisannuelle
Joubarbe : du latin 'jovis barba' (barbe de Jupiter) La plante a longtemps été plantée sur les toits, car on pensait qu'elle protègerait les habitations de la foudre. La Joubarbe des toits
Juncea, junceum : en latin (qui ressemble à un jonc) La Chicorée à la buche L'Aphyllante de Montpellier Le Genêt d'Espagne


Haut de page  Haut de page  Haut de page

k
Kermès : du latin 'kermes ilicis' nom de la cochenille du kermès qui le parasite. Le Chêne kermès
Koelreuteria : en hommage au botaniste allemand Joseph Gottlieb Kölreuter (1733-1806). Le Savonnier


Haut de page  Haut de page  Haut de page

l
Lactuca : du latin 'lac, lactis' (lait) la plante contient un suc laiteux ou latex. La Saint Joseph La Laitue sauvage La Laitue vivace
Laitue : du latin 'lactuca' (lait). Le Laiteron des maraîchers La Laitue vivace Le Pissenlit La Laitue sauvage La Saint Joseph
Lamier : du grec 'laïmos' (gueule béante) allusion à la forme de la corolle. Le Lamier amplexicaule Le Lamier pourpre
Latifolia : du latin 'latus' (large) et 'folium' (feuille). La Filaire à larges feuilles La Lavande aspic L'Aristoloche pistoloche La Grande Passerage La Massette à larges feuilles
Lonicera : nom donné par Linné en honneur à Adam Lonitzer, botaniste, naturaliste et médecin allemand (1528 - 1586). Le Chèvrefeuille des bois Le Chèvrefeuille étrusque Le Chèvrefeuille des haies Le Chèvrefeuille entrelacé
Lyciet : du grec 'lykion', nom d'un arbuste épineux. Le Lyciet commun


Haut de page  Haut de page  Haut de page

m
Mandragora, Mandragore : du grec 'mandra' (étable) et 'agauros' (nuisible), la plante était réputée néfaste pour les troupeaux. La Mandragore
Mauve : du latin 'malva' (mou), car ses feuilles sont molles. La Mauve sylvestre
Mélisse : du grec 'melissa' (abeille), la plante est très mellifère. La Mélisse officinale
Micocoulier : du grec 'mikrokouli' (celui qui produit des baies minuscules) Le Micocoulier du Mississippi Le Micocoulier de Provence
Microcarpus : (à petits fruits). L'Asphodèle ramifié
Millefolium : en latin (mille feuilles), les feuilles sont tellement découpées qu'elle donne l'impression qu'il y en a des milliers. Ce qui explique aussi l'appellation populaire de 'cils de Vénus'. L'Achillée millefeuille
Montanus : en latin (des montagnes), habitat naturel de la plante. L'Oseille commune L'Oseille des montagnes L'Inule des montagnes La Perce-neige
Morus : nom latin déjà donné à la plante dans l'antiquité. Le Mûrier noir Le Mûrier-platane Le Mûrier blanc
Muralis : en latin (mur) la plante pousse sur les vieux murs. La Cymbalaire
Mûrier : dérivé du latin 'morus', apparaît dans notre langue au XIIe siècle. Le Mûrier-platane Le Mûrier blanc Le Mûrier noir
Muscari : du latin 'muscarium' (chasse-mouches), en raison du parfum musqué de certaines espèces et du fait qu'elle attire les mouches. Le Muscari négligé Le Muscari à toupet
Myosuroides : des mots latins 'myo' (souris, rat), 'oura' (queue) et 'oides' (qui à l’aspect de), la plante ressemble à une queue de souris. Le Vulpin des champs


Haut de page  Haut de page  Haut de page

n
Nasturtium : du latins 'nasum' (nez) et 'torquere' (tordre), allusion à la grimace faite à cause de la saveur piquante du cresson. Le Cresson de fontaine Le Cresson de fontaine
Nemorosa : du latin 'nemorosus' (des bois). L'Anémone des bois
Nigra, Nigrum : du latin 'niger' (Noir). Le Mûrier noir Le Sureau noir La Moutade noire La Morelle noire


Haut de page  Haut de page  Haut de page

o
Obovatum : en latin (à feuilles obovales). Le Pissenlit luisant
Oenothera : du grec 'oinos' (vin) et 'thêr' (bête sauvage) selon Théophraste la racine était trempée dans du vin puis utilisée pour apprivoiser les bêtes sauvages. L'Onagre bisannuelle
Oleracea,Oleraceus : (du potager), du latin 'olus' (légume), elle est utilisée comme légume. Le Pourpier Le Laiteron des maraîchers
Olivastre : du fait de sa couleur, gris comme un olivier. La Filaire à feuilles étroites
Oreille de souris, Oreille de rat : les feuilles poilues de la plante ressemblent aux oreilles de ces rongeurs. L'Épervière piloselle
Orobanche : du latin 'orobus' (parasite). L'Orabanche crénelée
Oseille : du latin 'oxalis', lui-même du grec 'oxus' (acide), les oseilles ont une saveur acidulée caractéristique. La Patience violon Le Plantain corne-de-cerf L'Oxalis petite Oseille La Petite oseille


Haut de page  Haut de page  Haut de page

p
Paliure : du latin 'paliurus' ou du grec 'paliouros' (épine, ronce). Le Paliure (Épine du Christ)
Pâquerette : dérivé de Pâques. La Pâquerette vivace La Pâquerette des bois
Passerage : les anciens pensaient qu'elle guérissait les animaux atteints de la rage. Le Brocoli sauvage La Grande Passerage
Periclymenum : en grec (baigné tout autour), les feuilles soudées entre elles forment une cuvette dans laquelle l'eau de pluie peut s'accumuler. Le Chèvrefeuille des bois
Phlomis lychnite : du latin 'phlomis' (flamme) et 'lychnis' (lampe). Le Phlomis lychnite
Picroide, Picris : du grec 'pikris' (amer) nom d'une composée amère. La Terre-grèpe
Pilosella : du latin 'pilosus' (poilu, ) la plante est couverte de poils. L'Épervière piloselle
Pissenlit : (pisse au lit) en raison des propriétés diurétiques de la racine. Le Pissenlit luisant
Plantagineum : en latin, de 'plantago' (plantain). La Vipérine faux-plantain
Poivre : à cause de sa forte saveur poivrée. Le Poivre de muraille
Polypode : du latin 'polypodium'. Le Polypode austral
Polypodium : du grec 'poys' (plusieurs) et podium (pied) du fait que le rhizome à beaucoup de radicelles. Le Polypode austral
Porcelle : de 'porc' nourriture pour les cochons. La Porcelle
Portulaca : du latin 'portula' (petite porte) la partie supérieure du fruit s'ouvre comme un petit couvercle. Le Pourpier
Pourpier : du latin 'pullipes' (pied de poulet) à cause de sa forme. Le Pourpier
Primevère du soir : la fleur ne s'ouvre que vers le soir. L'Onagre bisannuelle
Prunus : du latin 'prunier'. L'Amandier Le Prunellier Le Cerisier de Sainte Lucie
Pteridium aquilinum : du latin 'pteris' ( fougère), 'pteron' (aile) et 'aquila' (aigle). La Fougère commune
Purpureum : en latin (pourpre) en raison de la couleur pourpre de ses feuilles apicales. Le Lamier pourpre


Haut de page  Haut de page  Haut de page

r
Radicata : en latin (à forte racine). La Porcelle
Raiponce : du latin rapum (rave, racine tuberculeuse) La Campanule raiponce
Raiponce rouge : ressemblance avec la racine de la raiponce, mais en rouge. L'Onagre bisannuelle
Reichardia : dédié au médecin et botaniste allemand Johann Jakob Reichard (1743-1782). La Terre-grèpe
Renoncule : du latin 'ranonculus' (petite grenouille), la plante se plait dans les milieux humides là où vivent les grenouilles. La Renoncule ficaire
Revirasoleu : des mots occitans 'revirar' (retourner) et 'solelh' (soleil), les fleurs tournent avec le soleil. Le Crépis de Nîmes
Rocambole : des mots latins 'rotare' (tourner) et 'bolle' (bulbe) L'Ail rocambole
Roland : de chardon roulant, la plante sèche se détache de sa souche en hiver et emportée le vent, elle « roule » sur la prairie pour disperser ses graines. Le Panicaut champêtre Le Panicaut maritime
Romarin : des mots latins 'ros' (rosée) et 'marinus' (marin), la plante est native du littoral méditerranéen. Le Romarin
Roquette : de l'italien 'rochetta', dérivé de 'ruca' (chou ou chenille). La Roquette Le Diplotaxis
Rumex : en latin (hallebarde), nom d'une plante de ce genre aux feuilles en forme de hallebarde. L'Oseille commune La Patience violon La Petite oseille
Rupestris : en latin (des rochers). Le Nombril de Vénus


Haut de page  Haut de page  Haut de page

s
Salicorne : du latin 'sal' (sel) et 'cornu' (corne) du faite de sa forme. La Salicorne d'Europe
Salsepareille : du portugais 'salsaparilla' ou de l'espagnol 'zarzaparrilla' eux-mêmes dérivés de l'arabe 'saras' (plante épineuse) et de 'parrilla' (treille). La Salsepareille
Salvia : en latin (qui sauve). La Sauge officinale Le Romarin La Sauge officinale La Sauge sclarée
Sancta : en latin (sainte, sacrée). Le Crépis de Nîmes
Sanguisorba : du latin 'sanguis' (sang) et 'sorbeo' (absorber), du fait de la propriété hémostatique de la plante. La Pimprenelle
Santo : du grec 'xantho' (jaune). La Santoline
Sarothamnus : des mots grecs 'saros' (balai) et 'thamnos' (buisson), la plante était autrefois utilisée pour la fabrication de balais. Le Genêt à balais
Sativa, Sativus, Sativum : en latin (cultivé). La Caméline Le Chanvre La Gesse cultivée Le Cresson alénois La Nigelle cultivée La Vesce cultivée Le Panais
Scabiosa : du latin 'scabies' (gale) pour ses prétendues vertus pour guérir la gale et contre les affections cutanées. La Scabieuse maritime
Sedum : en latin (s'asseoir) car souvent 'assise' sur les pierres. Le Poivre de muraille L'Orpin élevé L'Orpin à feuilles courtes Le Sédum réfléchi
Sempervirens,Sempervivum : du latin 'semper' (toujours) et 'vivo' (je vis) car les feuilles sont toujours vertes. Le Buis toujours vert Le Cyprès commun La Joubarbe des toits
Serpolet : du provençal 'serpol' (thym sauvage) lui-même du latin 'serpullum'. Le Serpolet
Serpullum : du latin 'serpere' lui-même du grec 'herpein' (ramper), la plante pousse au niveau du sol en s'étalant. Le Serpolet
Serriola : dérivé de 'scariola' autre nom latin. La Saint Joseph
Siliqua : en latin (silique, gousse). Le Caroubier Le Diplotaxis L'Arbre de Judée
Smilax : du grec 'smilé' (grattoir). La Salsepareille
Solanum : du latin 'sol' (soleil), la plante aime les lieux ensoleillés. La Morelle orangée La Morelle douce-amère La Morelle noire Le Pommier d'amour
Sonchus : du grec 'somphos' (creux, mou). Le Laiteron des maraîchers
Sorbier, Sorbus : du latin 'sorbeo' (j'absorbe) à cause de ses propriétés médicales astringentes. Le Sorbier domestique
Souci : du latin 'solsequier' (qui suit le soleil) car les fleurs s'ouvrent et se ferment avec le soleil. Le Souci officinal Le Souci des champs
Spinosa : du latin 'spinosus' (épineux). Le Câprier commun L'Astérolide épineuse L'Echinophore épineuse Le Poirier à feuilles d'amandier Le Grenadier Le Prunellier
Sternbergia : en hommage au botaniste tchèque Comte Kaspar Maria von Sternberg. Le Crocus d'automne
Sumac : de l'arabe 'summaq'. Le Sumac des corroyeurs
Sylvie : du latin 'silva' (forêt). L'Anémone des bois


Haut de page  Haut de page  Haut de page

t
Taraxacum : probablement du grec ancien 'táraxis' (trouble de la vue), le latex du pissenlit passait pour calmer les irritations des yeux, ou peut être de l'arabe 'tharakhchakon' qui désignait une plante semblable au pissenlit commun. Le Pissenlit luisant Le Liondent faux-pissenlit
Taxus : nom déjà donné à la plante. L'If
Tenuifolia : Ténue (grêle, mince). La Roquette La Ciboulette
Teucrium : dédié à Teucer, première personne à vanter les propriétés médicinales de certaines germandrées. Régnant sur la Phrygie mineure, il donna sa fille unique Batie en mariage à Dardatus, fondateur de Troie. La Germandrée tomenteuse La Germandrée des bois La Germandrée petit-chêne La Germandrée arbustive La Germandrée dorée
Thym : du latin 'thymus', lui-même du grec 'thymós' (parfumer, faire une offrande) lui-même de l'ancien égyptien 'tham' (plante odoriférante qui servait à embaumer les morts par fumigation). Le Thym commun
Torminalis : en latin (bon pour les coliques), les baies sont réputées pour leur propriété antidiarrhéique. Le Sorbier torminal
Tropaeolum : du grec 'tropaion' (trophée). La Grande capucine
Tussilago : du latin 'tussis agere' (éloigner la toux). Le Tussilage


Haut de page  Haut de page  Haut de page

u
Umbilicus : en latin (centre, nombril). Le Nombril de Vénus
Unedo : du latin 'un edo' (je n'en mange qu'un). L'Arbousier
Urospermum : du grec 'oura' (queue) et 'sperma' (graine), le fruit est prolongé par un long bec creux et élargi. L'Urosperme de Daléchamps


Haut de page  Haut de page  Haut de page

v
Vesca : en latin (petite). Le Fraisier des bois
Vesicaria : du latin 'vesica' (vessie), allusion à l'aspect des bractées extérieures de l'involucre de l'espèce Crepi vesicaria subsp. Vesicaria. L'Arrucat La Crépide à feuilles de pissenlit
Vierge : les fleurs sont généralement stériles. L'Oseille commune
Villosum : adjectif latin de 'villus' (poil), la plante est velue. La Morelle orangée
Viscosa : du latin (à goût ou odeur fétide). L'Inule visqueuse
Vitalba : du latin 'vitis alba' (vigne blanche). La Clématite vigne-blanche
Vulpin : du latin 'Vulpes' (renard), la plante ressemble à une queue de renard. Le Vulpin des champs


Haut de page  Haut de page  Haut de page

x
Xanthium : du grec 'xanthos' (jaune), les fruits donnent un colorant jaune. La Lampourde glouteron
Xylosteum : des mots grecs 'xylon' (bois) et 'osteon' (os), l'aspect des entrenoeuds font penser à des os. Le Chèvrefeuille des haies


Haut de page  Haut de page  Haut de page

Partagez cette page dans vos réseaux sociaux. Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir à votre entourage.