Dictionnaire étymologique des noms français et latins


ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

a
Abies : Nom latin de cet arbre à étymologie inconnue. Le Sapin blanc
Absinthe : Du latin 'absinthium', lui-même du grec 'apsinthion' (sans douceur) les boissons préparées à base d'absinthe étaient désagréable à boire à cause de sa grande amertume. L'Absinthe
Acacia : Du grec 'akakia' (espèce d'épineux indéterminée). Le Mimosa
Acanthe : Du grec 'akanthos' (épine, piquant) allusion aux hampes florales et au feuillage épineux de certaines espèces. L'Acanthe molle
Acer : En latin 'acer' (dur) allusion aux propriétés physiques du bois. L'Érable de Montpellier L'Érable champêtre L'Érable plane
Aceras : Du grec 'a' (privatif) et 'keras' (corne), allusion à l'absence d'éperon sur la fleur. L'Acéra home-pendu
Achillea : Nom grec de végétaux indéterminés. La mythologie nous raconte qu'Achille utilisait certaines plantes pour se guérir de ses blessures. Leur usage médicinal en Europe ne date que du XVI siècle. L'Achillée sternutatoire
Achillée, Achillea : Du grec 'akhileios' (herbe d'Achille), Homer raconte dans l'Iliade qu'Achille soignait les soldats avec cette herbe lors de la guerre de Troy. L'Achillée millefeuille
Acinaciformis : De 'acinaces' (espèce d'épée courbe utilisée en Perse) allusion à la forme des feuilles. La Figue des Hottentots
Aconitum : Du grec 'akonê' (rocher), allusion au biotope de certaines espèces. L'Aconit anthore L'Aconit napel
Actaea : Du grec 'aktaia' (sureau), allusion aux fruits qui sont semblables à ceux du sureau. L'Actée en épi
Adenocarpus : Du grec 'adên' (glande) et 'karpos' (fruit), allusion au fait que la gousse est couverte de tubercules glanduleux. L'Adénocarpe à grandes fleurs
Adonis : Dédié à Adonis tué par un sanglier et transformé en fleur par Vénus à partir d'une goutte de son sang. L'Adonis de printemps L'Adonis flamme L'Adonis annuelle L'Adonis d'été
Aegilops : Du nom grec de la folle avoine, mais aussi de 'aïx' (chèvre) et 'ops' (oeil). L'Égilope à 3 arêtes L'Égilope ovale
Aegopodium : Du grec 'aïx' (chèvre) et 'podion' (pied), allusion à I'aspect particulier des folioles. L'Égopode podagraire
Aethusa : Du grec 'aïtho' (enflammer), allusion à l'âcreté et la toxicité du végétal. La Petite ciguë
Agave : Du grec 'agauê' (admirable, magnifique). L'Agave américain
Agrimonia : Déformation du mot grec 'argémônê'. L'Aigremoine
Agrostemma : Du grec 'agros' (champ) et 'stemma' (couronne), allusion à la corolle qui a la forme d'une couronne. La Nielle
Agrostis : Nom grec d'une herbe indéterminée. L'Agrostide des chiens L'Agrostide blanche
Aigle : Si l'on arrache une feuille développée, dont on coupe la base brune, on aperçoit, sur la face coupée, un aigle à deux têtes. La Fougère commune
Ailante : De l'indonésien 'ai' (arbre) et 'lanto' (ciel) du fait de sa hauteur (30m). Certains botanistes ont à tort écrit 'ailant(h)e' et 'ailant(h)us' avec un 'h' pensant que le mot venait du grec. L'Ailante glanduleux
Ajuga : Du latin 'abigere' (chasser), allusion aux prétendues vertus de ces végétaux qui faciliteraient I'accouchement. La Bugle petit pin La Bugle rampante
Akantha : Nymphe qu'Apollon, dieu du soleil, voulut enlever, mais elle le griffa au visage. Pour se venger, il la métamorphosa en une plante épineuse. L'Acanthe molle
Aladèrn, Alaterne : Du latin 'alaternus' (alterne), les feuilles sont disposées de manière alterne sur les rameaux. Le Nerprun alaterne
Alba : Du latin 'albus' (blanc, pâle). Le Mûrier blanc Le Rouvet blanc Le Chénopode blanc Le Mélilot blanc Le Sapin blanc Le Peuplier blanc
Alisma : Du celtique 'alis' (eau), allusion au biotope de ces végétaux. Le Plantain d'eau
Alkanna : Du nom arabe du Henné. L'Orcanette des teinturiers
Alliaria : Du latin 'allium' (ail), allusion à l'odeur alliacée des feuilles froissées de ces végétaux. L'Alliaire officinale
Allium : Du celtique 'all' (chaud), allusion aux vertus et propriétés de ces végétaux. L'Ail des ours L'Ail rose sauvage Le Poireau sauvage L'Ail à tête ronde La Ciboulette Le Poireau d'été L'Allium ampeloprasum ssp. Polyanthum L'Ail rocambole L'Ail des vignes L'Ail des montagnes L'Ail à trois angles
Alnus : Nom latin de cet arbre, du celtique 'lan' (voisin des cours d'eau). La Bourdaine L'Aulne glutineux
Alopecurus : Du grec 'alopex' (renard) et 'oura' (queue), en rapport avec I'allure de l'épi. Le Vulpin des champs
Althaea : Du grec 'althainô' (guérir), par allusion aux propriétés médicinales de ces végétaux. La Rose trémière La Guimauve hirsute La Guimauve à feuilles de cannabis La Guimauve officinale
Alyssum : Du grec 'a' (sans) et 'lyssa' (rage), car le végétal était censé guérir cette maladie. L'Alysson maritime
Ambrosia : D'ambroisie : parfum des dieux, allusion au parfum de nombreuses espèces. Cette plante n'a cependant rien à voir avec l'ambroisie le breuvage des dieux de I'Olympe. L'Ambroisie à feuilles d'armoise
Ampourde : Dérivé de l'occitan 'lamporda', lui-même du latin 'lappa' (nom donné à la bardane), les deux plantes ont des fruits similaires à épines crochues. La Lampourde glouteron
Amygdalus : Du grec 'amygdalos' (amandier). L'Amandier
Anagallis : Nom grec du mouron. Le Mouron d'eau Le Mouron femelle Le Mouron rouge
Anagyris : Du grec 'anagyros' (argué en arrière), allusion à I'allure du fruit. L'Anagyre fétide
Anchusa : Du grec 'angkeïn' (resserer) allusion à ses propriétés médicinales. La Buglosse d'Italie
Androsaemum : Du grec 'anêr' (homme) et 'haïma' (sang), allusion a la couleur de certains fruits. Le Millepertuis androsème
Andryala : Du grec 'anêr' (mâle) et 'hyalos' (transparent). L'Andryale sinueuse L'Andryala à feuilles entières
Anemone : Du grec 'anemos' (vent), allusion au fait que plusieurs espèces aiment les expositions ventées. L'Anémone des jardins L'Anémone à fleurs de narcisse L'Anémone des bois L'Anémone fausse renoncule La Pulsatille
Angelica : Du latin 'angelus' (ange), allusion aux vertus attribuées à ce végétal. L'Angélique des bois L'Angélique officinale
Angustifolia : Du latin 'angustus' (étroit) et 'folium' (feuille). La Filaire à feuilles étroites La Lavande vrai L'Olivier de bohème La Centranthe à feuilles étroites La Clématite petite flamme La Lavande des Pyrénées
Anthemis : Du grec 'anthemon' (fleur). L'Anthémis des champs L'Anthémis fétide L'Anthémis maritime
Anthriscus : Du grec 'anthryskon' (cerfeuil sauvage). Le Cerfeuil sauvage
Antirrhinum : Du grec 'rhis' (museau) et anti (tel). Le Grand muflier
Aparine : Du grec 'apairo' (qui s'agrippe). Le Gaillet gratteron
Aphyllanthes : Du grec 'aphyllos' (sans feuille) et 'anthos' (fleur), allusion au fait que les fleurs ne sont pas présentes avec les feuilles. L'Aphyllante de Montpellier
Apifera : Du latin 'api' (abeille). L'Ophrys abeille
Apium : Nom latin du céleri. Du celtique 'apon' (eau), allusion au biotope de ces végétaux. L'Ache des marais Le Persil cultivé
Aptenia : Du grec 'apten' (sans aile) allusion au fruit qui ne procède pas d'aile. Le Ficoïde à feuilles en coeur
Aquilegia : Du latin 'aquilegium' (réservoir), allusion à la forme en cornet des pétales. L'Ancolie commune
Arbousier : Du celte 'arbois' (bois austère). L'Arbousier
Arctium : Du grec 'arktos' (oursin), allusion au fait que la plante est couverte de poils ou d'épines. La Grande bardane
Arifolium : En latin (à feuilles d'arum). L'Oseille commune
Aristolochia : De 'aristos' (excellent) et 'locheia' (accouchement), en référence à ses utilisations médicinales. L'Aristoloche arrondie L'Aristoloche clématite L'Aristoloche pistoloche
Armeniaca : Du latin 'armenia', allusion à la patrie de cet arbre. L'Abricotier
Armoracia : Ancien nom latin de ce végétal. Le Raifort
Arrucat : De l'occitan 's'arrucar' (se recroqueviller), la rosette coupée se recroqueville en arrière. L'Arrucat
Artemisia : Nom grec de ces végétaux, de la déesse Artémis à qui ces végétaux étaient consacrés. L'Absinthe L'Armoise commune L'Aurone Le Génépi noir
Arum : Du nom égyptien de ce végétal. L'Arum tacheté L'Arum d'Italie Le Bouillon blanc
Aruncus : Du grec 'êrungos' (panicaut). La Barbe de bouc
Arundo : Nom latin du roseau et du celtique 'aru' (eau). La Canne de Provence
Arvensis : En latin (des champs). Le Liseron des champs La Moutarde sauvage La Prêle des champs Le Mouron rouge Le Souci des champs L'Anthémis des champs L'Aspérule des champs La Menthe des champs Le Tabouret
Asarum : Du grec 'ase' (dégoût), allusion probablement faite à I'odeur que dégage la plante. L'Asaret d'Europe
Asparagus : Du nom grec 'asparagos' qui définissait ce végétal. L'Asperge sauvage
Aspera : Du latin 'asper' (âpre, rude, rugueux). La Salsepareille
Asperula : Du latin 'asper' (âpre, rude, rugueux), allusion aux poils raides de plusieurs espèces. L'Aspérule des champs L'Aspérule odorante
Asphodelus : Du grec 'asphodelos' nom déjà donné à la plante (fer de pique) allusion à la forme des feuilles. L'Asphodèle fistuleux L'Asphodèle ramifié
Asphodelus : Nom grec de ce végétal consacré aux divinités infernales et aux morts qui étaient censés en consommer les tubercules, on imaginait les champs Élysée tapissés de prairies d'asphodèles. L'Asphodèle ramifié L'Asphodèle fistuleux
Asplenium : Du grec 'asplenon' (rate), en fonction des vertus anciennement attribuées à Ia plante pour soigner cette glande. La Capillaire des murailles
Asteriscus : Du grec 'asterisho' (étoile) Allusion aux longues bractées vertes et pointues disposées en étoile autour des capitules. L'Astérolide épineuse
Astragalus : Du grec 'astragalos' (osselet). L'Astragale de Montpellier
Athamanta : D'Athamas : plaine et montagne de Thessalie. L'Athamante de Crète
Atriplex : Nom latin de cette plante. L'Arroche marine L'Arroche des jardins
Atropa : D'Atropos, une des trois Parques qui coupait la vie. La Belladone
Atropurpurea : Du latin 'ater' (noir) et 'purpureux' (pourpre), pourpre sombre. La Scabieuse maritime
Aucuba : Nom japonais du végétal. L'Aucuba du Japon
Austral : Du latin 'autralis' (du midi). Le Polypode austral Le Salsifis austral Le Micocoulier de Provence La Tulipe du Midi Le Roseau commun
Azerolier : De l'espagnol 'acerola' lui-même de l'arabe 'az-zou'roûr' ou 'az-zucrur'. L'Azérolier


Haut de page  Haut de page  Haut de page

b
Baccata : Du latin 'bacca' (baie). L'If
Barbarie : Du latin 'barbarum', ancien nom désignant l'Afrique du Nord. Le Lyciet commun Le Figuier de Barbarie
Barkhausia : Dédié au chimiste allemand du XVIII siècle G. Barkhausen. Le Crépis à feuilles de bourse à pasteur
Bellis : Ancien nom latin de la pâquerette. La Pâquerette vivace La Pâquerette des bois
Berberis : Du nom arabe du fruit de ce végétal. L'Épine-vinette
Beta : Du celtique 'bett' (rouge), allusion à la couleur des racines de ces végétaux. La Bette maritime
Betula : Du celtique 'betul' : même signification. Le Bouleau verruqueux
Bidens : Du latin 'bis' (deux) et 'dens' (dents), allusion à I'allure du fruit. Le Bident à feuilles tripartites
Blitum : Du celtique 'blith' (insipide). L'Amarante blite L'Amarante des bois
Bryonia : Du grec 'brueïn' (pousser très fort), allusion à la puissance des racines. La Bryone dioïque
Brachypodium : Du grec 'brachys' (court) et 'podion' (petit pied). Le Brachypode penné Le Brachypode rameux
Brassica : Du celtique 'bresic' (chou). La Moutarde sauvage La Moutarde noire Le Navet sauvage
Buphthalmum : Du grec 'bous' (boeuf) et 'ophtalmos' (oeil). L'Astérolide épineuse
Bupleurum : Du grec 'bous' (boeuf) et 'pleuron' (côte). Le Buplèvre raide Le Buplèvre arbustif
Buxus : Du grec 'pyxis' (boite) qui a donné pyxos (le buis), allusion à l'usage de son bois. Le Buis toujours vert


Haut de page  Haut de page  Haut de page

c
Cachrys : Nom grec d'une ombellifère inconnue. Le Fenouil marin
Caerulea : Du latin (bleu azur). La Catananche bleue La Nigelle de Damas L'Aspérule des champs L'Aphyllante de Montpellier
Cakile : De I'arabe 'Kakeleh'. Le Cakilier maritime
Calamintha : Du grec 'kalamos' (plante herbacée) et 'mintha' (menthe). Le Calament népéta
Calendula : Du latin 'calendae' (les calendes ; premier jour de chaque mois chez les Romains) allusion à la sa longue floraison. Le Souci officinal Le Souci des champs
Caltha : Du grec 'calathos' (corbeille), allusion à la disposition des fleurs. Le Souci des champs Le Souci officinal
Camelina : Du grec kamaï (à terre) et linon (lin). Ces végétaux poussent dans les champs de lin. La Caméline
Camerisier : Des mots grec 'kamaï' (bas) et 'kerasos' (cerisier), cet arbrisseau produit des baies rouge brillant et ressemblerai à un petit cerisier. Le Chèvrefeuille des haies
Camomille : Dérivé du grec 'Khamaimêlon' (pomme tombée à terre), allusion à de l'odeur de pomme que ses feuilles dégagent si on les froisse. La Camomille sauvage L'Anthémis des champs L'Anthémis fétide La Camomille romaine
Campanula : En latin (petite cloche), allusion à la forme des fleurs en clochette. La Campanule raiponce Le Lin campanulé
Cannabis : Du persan 'kanab' (chanvre). Le Chanvre
Capparis : Du nom arabe 'kabar'. Le Câprier commun
Câpre : Du latin 'capparis' (câpre) lui-même probablement tiré du grec 'kapparis' (prendre avec les dents, grignoter). Le Câprier commun
Capsella : Du latin 'capsa' (boite), allusion à la forme du fruit. La Capselle bourse-à-pasteur
Cardamine : Du grec 'kardamon' (terme qui désignait le cresson alénois (Lepidium sativum)). La Cressonnette La Cardamine des prés
Carduus : Du nom celtique 'ard' (pointe). Le Chardon-Marie
Caria : Du grec 'karía' (Carie) région d'Asie Mineure d'où les Grecs pensaient que le figuier était originaire. Le Figuier
Carlina : De 'Carolus' (Charles), allusion à une légende (?) citée par Bauhin selon laquelle Charlemagne recommandait ce végétal à ses soldats pour les soigner de la peste à la suite d'un songe au cours duquel un ange lui aurait conseillé cette thérapeutique. La Carline acaule
Caroubier : De l'arabe 'kharroub', lui-même dérive de l'hébreu 'kharouv'. Le Caroubier
Carpobrotus : Du grec 'karpos' (fruit) et 'brotos, brota' (comestible). La Figue des Hottentots
Carthamus : De I'hébreu 'kartami' (teindre). Plante colorante autrefois très utilisée. Le Carthame laineux Le Carthame des teinturiers
Carum : Du grec 'karon', nom d'une ombellifère aromatique. Le Carvi
Castanea : Ancien nom du chêne dans I'antiquité. Le Châtaignier
Catananche : Du grec 'katanangkê' (contrainte), allusion au fait que le végétal fut employé longtemps dans la confection des philtres magiques. La Catananche bleue
Centaurea : Du grec 'kentaurion', nom donné à divers végétaux médicinaux. Le Bleuet La Centaurée jacée La Centaurée scabieuse La Centaurée chausse-trape
Centaurium : Du grec 'kentauris' (centaurée). La Petite-centaurée commune
Centranthus : Du grec 'kentron' (éperon) et 'anthos' (fleur). La Centranthe rouge La Centranthe à feuilles étroites
Cephalanthera : Du grec 'kêphalê' (tête) et anthera (anthère). La Céphalanthère rouge
Cerasus : De Cerasonte aujourd'hui Karasou, ville d'Asie Mineure, d'où dit-on de nouvelles variétés de cerisiers furent introduites par Lucullus. Le Cerisier de Sainte Lucie
Ceratonia : Dérive du grec 'keras' (corne) allusion à la forme du fruit qui ressemble à une corne de bouc. Le Caroubier
Cercis : Du grec 'kerkis', nom de la navette du tisserand, allusion à la forme de la gousse. L'Arbre de Judée
Ceterach : De l'arabe 'ceterack'. L'Herbe dorée
Chaenomeles : Du grec 'chainein' (se fendre) et 'mêlea' (pommier). Le Cognassier du Japon
Chaerophyllum : Du grec 'kairô' (gai) et phyllon (feuille), allusion au feuillage. Le Peigne de Vénus
Cheiranthus : De l'arabe 'kheyri' (girofler) et du grec 'anthôs' (fleur). La Giroflée des dunes
Chelidonium : Du grec 'chelidon' (hirondelle), allusion à la période de floraison de ces végétaux. La Chélidoine
Chenopodium : Du grec 'chên' (oie) et 'podion' (patte), allusion à I'allure des feuilles de diverses espèces. Le Chénopode blanc Le Chénopode puant Le Chénopode Bon-Henri Le Chénopode des murs
Chèvrefeuille : Traduction du latin 'caprifolium' (chèvre et feuille), les chèvres apprécient les feuilles pour se nourrir. Le Chèvrefeuille des bois Le Chèvrefeuille étrusque Le Chèvrefeuille entrelacé Le Chèvrefeuille des haies Le Chèvrefeuille des Alpes Le Chèvrefeuille commun
Chlora : Du grec 'khlôros' (vert jaune), en rapport avec la couleur du feuillage. La Chlore perfoliée
Chondrilla : Du grec 'chondros' (grain), allusion au fait que le suc sèche en produisant des grumeaux. La Chicorée à la buche
Cichorium : Nom d'origine égyptienne ou syrienne. La Chicorée
Cicuta : Nom latin de la grande ciguë. La Petite ciguë La Grande ciguë
Cirsium : Du grec 'kirsos' (varice), allusion aux vertus médicinales de certains chardons. Le Chardon-Marie
Cistus : Du grec 'kistos' (boite, capsule), allusion aux capsules. Le Ciste cotonneux Le Ciste à feuilles de sauge Le Ciste de Montpellier
Clematis : Du grec 'klêma' (sarment), allusion aux tiges de ces végétaux qui sont sarmenteuses. La Clématite vigne-blanche La Clématite petite flamme
Clinopodium : Du grec 'klinê' (lit) et 'pous' (pied) les fleurs ressemblent à des pieds de lit. Le Grand basilic
Clypeola : Du latin 'clypeolus' (petit bouclier), allusion à I'allure du fruit. L'Alysson maritime
Cnicus : Du grec 'knêkos' (carthame à fleurs orange). Le Chardon béni
Colchique : Dérivé de 'Colchine' contrée asiatique célèbre pour ses mines d'or et ses plantes vénéneuses. Le Colchique d'automne
Conium : Ancien nom grec de ce végétal. La Grande ciguë
Conopsea : Du grec 'konop' (moucheron) et 'opsis' (apparence) allusion aux deux sépales latéraux étalés comme les ailes d'une mouche. L'Orchis moucheron
Convolvulus : Du latin 'convolvere' (s'enrouler), allusion au port volubile de la plante. Le Liseron de Biscaye Le Liseron de provence Le Liseron des champs La Renouée liseron
Corchorus : Du grec 'korchoros' (nom d'un légume). La Corète potagère
Cordifolia : Des mots latins 'cordis' (coeur) et 'folia' (feuille) qui à la forme d'un coeur. Le Ficoïde à feuilles en coeur Le Tamier commun
Coriandrum : Du grec 'koris' (punaise), allusion à I'odeur du fruit de ce végétal. La Coriandre
Coriaria : Du latin 'corium' (cuir), on s'en servait pour le tannage. Le Sumac des corroyeurs La Corroyère à feuilles de myrte
Cornouiller : Du latin 'cornum' (corne) car le bois de cet arbre est dur comme de la corne. Le Cornouiller male Le Cornouiller sanguin
Coronilla : Du latin 'corona' (petite couronne) La Petite coronille La Coronille de Valence
Coronopus : Du grec 'kôronê' (corneille) et 'pous' (pied). Le Plantain corne-de-cerf
Corylus : Du grec 'korus' (casque), allusion à la cupule des fruits. Le Noisetier
Cotula : Du grec 'kotylê' (creux), allusion à la forme du capitule. L'Anthémis fétide
Crataegus : Ancien nom grec de I'azerolier, du grec 'kratos' (dur). L'Aubépine à un style L'Azérolier L'Aubépine épineuse
Crepi : du grec 'krêpis' (soulier), ancien nom grec et latin d'une plante qui a la tige feuillée. L'Arrucat Le Crépis à feuilles de bourse à pasteur Le Crépis de Nîmes La Crépide à feuilles de pissenlit
Crithmum : Du grec 'krêthmo', nom ancien d'un végétal crassulescent du bord de mer ou du grec 'crithê' (orge). Le Fenouil marin
Crocus : Du grec 'krokos' (safran). Selon la mythologie le jeune Crocus désespéré de voir la jeune Smilax dépérir d'amour pour lui fut changé en cette fleur. Le Safran Le Crocus à fleurs blanches
Cupressus : Selon la mythologie. Dédié au jeune Grec Cuparissos transformé par Apollon en cyprès. Le Cyprès commun
Cydonia : Du latin 'cydonis' (arbre de Crète). Le Cognassier
Cymbalarie, Cymbalaria : Du latin 'cymba' (nacelle, barque) les feuilles sont légèrement concaves comme une barque ou une cymbale. La Cymbalaire
Cynodon : Du grec 'kuôn, kunos' (chien) et 'odôn' (dent), les extrémités des rhizomes ressemblent à des canines de chien. Le Chiendent pied de poule
Cynoglossum : Du grec 'kynos' (chien) et 'glossa' (langue), allusion à I'allure des feuilles. Le Cynoglosse de Crète
Cyperus : Du grec 'kypeiros' (souchet comestible). Le Souchet comestible


Haut de page  Haut de page  Haut de page

d
Dactylon : Du grec 'dactylos' (doigt), les épis partent d'un même point s'écartent comme des doigts. Le Chiendent pied de poule
Dalechampii : Dédié à Jacques Daléchamps, médecin et auteur de 'Historia generalis plantarum' (1586-1687). L'Urosperme de Daléchamps
Daphné : Du grec 'daphne' (le laurier), pour échapper à Apollon qui s'était épris d'elle, Daphné, fille du dieu-fleuve Pénée, se réfugia chez son père qui la transforma en laurier qui devient alors la plante favorite d'Apollon. Le Garou Le Bois-gentil Le Daphné lauréole
Datte : Du grec ancien 'dáktylos', (doigt) en référence à la forme alongée du fruit. Le Palmier-dattier
Datura : De son nom arabe 'tatourah' (tat = piquer), allusion aux épines des fruits. Le Datura innoxia La Datura ferox La Datura stramoine
Daucus : Nom grec 'daukos', de plusieurs ombellifères' La Carotte sauvage
Delphinium : Du grec 'delphis' (dauphin) par allusion à l'éperon du sépale supérieur. Le Pied d'alouette
Dent de Lion : Allusion aux feuilles découpées en forme de dents de lion. Le Pissenlit
Des oiseaux : Les graines sont très appréciées par les oiseaux. Le Mouron des oiseaux Le Sorbier des oiseleurs La Renouée des oiseaux
Dictamnus : Nom grec d'une plante médicinale et aromatique dérivé de 'Dikte', nom d'une montagne grecque où poussaient ces végétaux. Le Dictame de Crète
Digitalis : Du latin 'doigtier', allusion à la forme des fleurs. La Digital pourpre
Diospyros : Du grec dios (dieu) et 'pyros' (grain). Le Plaqueminier
Diplotaxis : Du grec 'diplous' (double) et 'taxis' (rang) du fait que les graines sont disposées sur deux rangs dans chaque loge du fruit. Le Diplotaxis La Roquette
Dipsacus : Du grec 'dipsaô' (avoir soif), allusion possible au fait que I'eau s'accumule à la jonction des feuilles. La Cardère sylvestre
Dorycnium : Du grec 'doryknion' (nom d'une plante inconnue), de 'dori' (lance) et 'knaô' (je frotte), ce végétal servait à empoisonner les lances. La Badase
Draba : Du grec 'drabê' (âcre) allusion au suc de quelques espèces. Le Brocoli sauvage
Dryopteris : Du grec 'drys' (chêne) et 'pteris' (fougère). La Fougère mâle
Dulcamara : Du latin 'dulcis' (doux) et 'amarus' (amer). La Morelle douce-amère


Haut de page  Haut de page  Haut de page

e
Ecballium : Du grec 'ekballeïn' (projeter), allusion au type de dispersion des graines. Le Concombre d'âne
Echinophora : Du grec 'echinos' (hérisson) et 'phêro' (je porte), allusion aux folioles de I'involucre qui portent des épines. L'Echinophore épineuse
Echinops : Du grec 'echinos' (hérisson) et 'opsis' (aspect). L'Azurite
Echium : Du grec 'echion' dérivé de 'ekis' (vipère) la plante dont plusieurs parties ont des ressemblances avec les vipères laissait croire à l'époque qu'elle avait des propriétés contre les morsures de serpents. La fleur ressemble à la mâchoire, le style bifide fait penser à la langue le fruit à la forme de la tête et la tige est maculée de taches brunes comme sur la peau. La Vipérine vulgaire La Vipérine faux-plantain
Elaeagnus : Du grec 'elaia' (olivier) et 'agnos' (gattilier). Le Chalef de Ebbing L'Olivier de bohème
Encensier : La plante à une odeur d'encens. Le Romarin
Epilobium : Du grec 'epi' (sur) et 'lobion' (silique), la corolle est épigyne. L'Épilobe à quatre angles L'Épilobe en épi L'Épilobe à petites fleurs L'Épilobe à grandes fleurs
Equisetum : Du latin 'equus' (cheval) et 'setum' (crin) d'où le nom populaire de ces plantes : queue de cheval. La Prêle des champs
Erica : Ancien nom grec du végétal, de 'ereikein' (briser), car on lui accordait le pouvoir de casser Ia pierre, allusion à son biotope. La Bruyère cendrée La Bruyère arborescente La Bruyère à fleurs nombreuses
Eriobotrya : Du grec 'erion' (Iaine) et 'botrys' (grappe), à cause de l'aspect cotonneux des bourgeons et des rameaux. Le Néflier du Japon
Erodium : Du grec 'erôdios' (héron), car le fruit possède un bec semblable à celui de cet oiseau. Le Bec de cigogne L'Érodium à feuilles de ciguë
Eruca : Nom latin de la plante, de 'urere' (brûler), allusion aux propriétés des graines. Le Diplotaxis La Roquette
Erucastrum : Du latin 'eruca' (roquette) et 'aster' (faux). Le Diplotaxis
Eryngium : Du grec 'eryggos', nom attribué à ce végétal. Le Panicaut maritime La Férule commune Le Panicaut champêtre
Escaròla : Du latin 'scariola'. La Saint Joseph
Esquilhapè : En occitan (glisse-pied), peut-être à cause de son aspect luisant qui ferait penser que l'on puisse glisser dessus. Le Pissenlit luisant
Etrusca : En latin (étrusque), qui vient d'Étrurie (région d'Italie, correspondant à peu près à la Toscane). Le Chèvrefeuille étrusque
Eupatorium : Ancien nom de l'Aigremoine, et en souvenir de Mithridate Eupator qui dit-on se servait de ces végétaux pour soigner son foie. L'Aigremoine
Euphorbia : Nom dédié par le roi de Mauritanie Juba II (-40 à 19) à son médecin Euphorbe, frère de Musa, médecin d'Auguste. L'Euphorbe characias L'Euphorbe petit-cyprès L'Euphorbe petit-figuier L'Épurge L'Euphorbe réveille-matin L'Euphorbe dentée


Haut de page  Haut de page  Haut de page

f
Fagus : Du grec 'phegos' (manger) ce nom désignait des chênes à glands comestibles. L'Hêtre
Fallopia : Genre dédié à l'anatomiste italien Gabriel Fallopio (1523-1572). La Renouée liseron
Férule : Du latin 'fero' (porter, tenir) dans ma mythologie grecque, Prométhée rapporta aux hommes sur terre, le feu qu'il dérobât à Zeus. Il put le transporter grâce à un bâton de férule dont la moelle intérieure se consume lentement à la façon de l'amadou sans pour autan altérer le bois. La Férule commune
Ficaire : Du latin 'ficus' (figue) les racines ont la forme de petites figues. La Renoncule ficaire
Ficus : Du nom grec d'origine phénicienne 'sykê'. Arbre sacré chez les Athéniens, le fruit était un symbole d'initiation à une vie meilleure. Le Figuier de Barbarie Le Figuier
Filaire : Du grec 'phyllon' (feuille). La Filaire à feuilles étroites La Filaire à larges feuilles
Filipendula : Du latin médiéval : suspendu à un fil. La Reine-des-prés La Spirée filipendule
Flavum : Du latin 'flavus' (jaune). La Glaucière jaune
Foeniculum : Diminutif de 'fenum' (foin) allusion à la finesse des feuilles. Le Fenouil sauvage
Foetidus : Du latin (fétide, qui sent mauvais). L'Hellébore fétide
Fragaria : Du latin 'fraga' (fraise, je sens bon). Le Fraisier des bois
Fraxinus : Nom latin de ce végétal. Végétal mythologique du nord de I'Europe (frêne yggdrasil) Le Frêne élevé
Fumaria : Du latin du moyen âge 'fumus terrae' (fumée de terre), car Olivier de Serres disait que son jus faisait pleurer les yeux comme le fait la fumée. La Fumeterre


Haut de page  Haut de page  Haut de page

g
Galactites : Du grec 'gala' (lait) allusion au suc de la plante ou aux taches blanches du feuillage. Le Chardon laiteux
Galanthus : Du grec 'gala' (lait) et 'anthos' (fleur). La Perce-neige
Galinsoga : Dédié au botaniste espagnol M. Galinsoga. Le Galinsoga à petites fleurs
Galium ou Gaillet : Du grec 'galion' lui-même issu de 'gala' (lait) car certaines espèces ont la propriété de faire cailler du lait. Le Gaillet gratteron Le Gaillet vrai
Genista : Du celtique 'gen' (petit buisson). Le Genêt à balais Le Genêt d'Espagne Le Genêt scorpion
Gentiana : Semble dédié au roi d'Illyrie, Gentius, qui aurait mis cette plante en usage. La Gentiane jaune
Geranium : Du grec 'geranos' (grue), allusion aux fruits. Le Bec de cigogne L'Érodium à feuilles de ciguë L'Herbe à Robert Le Géranium à feuilles rondes
Geum : Ancien nom latin de ce végétal, du grec 'gêno' (donne bon goût) allusion à la racine aromatique. La Benoîte commune
Glaïeul : Du latin 'gladius' (glaive) allusion à la forme longue et pointue des feuilles. Le Glaïeul d'Illyrie
Glaucière, Glaucium : Du latin 'glaucus' (glauque, couleur vert-bleuâtre). La Glaucière jaune
Glechoma : Du grec 'glekhôn' (menthe pouliot). Le Lierre terrestre
Glycine : Du grec 'glyceros' (doux). La Glycine
Glycyrrhiza : Du grec 'glyceros' (doux) et 'rhiza' (racine). La Réglisse
Gnaphalium : Du grec 'gnaphalon', végétal qui servait à bourrer les matelas. L'Immortelle (Hélichrysum d'Italie) L'Immortelle commune
Grapaud : En occitan (crapaud) la feuille a l'apect rapeux de la peau des crapauds. La Porcelle
Grenade : Du latin 'granatus' (abondant en grains). Le Grenadier
Grèpia : En occitan 'infertile' allusiion aux lieux où pousse la plante. La Terre-grèpe
Gymnadenia : Du grec 'gymnos' (nu) et 'adên' (glande). L'Orchis moucheron


Haut de page  Haut de page  Haut de page

h
Hedera : Ancien nom latin du végétal. Pour les Grecs c'était un des attributs de Dionysos, des poètes, et le symbole de I'immortalité. Le Lierre commun
Helianthemum : Du grec 'hêlios' (soleil) et 'anthos' (fleur). L'Hélianthème hérissé
Helianthus : Du grec 'hêlios' (soleil) et 'anthos' (fleur). L'Hélianthe rouge foncé
Helichrysum : Du grec 'hêlios' (soleil) et 'chrysos' (or), allusion à la couleur de la fleur. L'Immortelle (Hélichrysum d'Italie) L'Immortelle commune
Heliotropium : Du grec 'hêlios' (soleil) et 'trepô' (tourner), car les fleurs suivent la course du soleil. L'Héliotrope d'Europe
Hemerocallis : Du grec 'hemera' (jour) et 'kallos' (beauté), car ces fleurs ont une durée de vie très courte. L'Hémérocalle fauve
Heracleum : Plante consacrée à Hercule à cause du port robuste de ces végétaux. La Berce du Caucase
Herbe à Maggi : Maggikraut' en allemand, le goût des feuilles de livèche rappelle celui de l'arôme liquide Maggi, bien qu'il n'en contient pas. La Livèche
Herbe au charpentier, au cocher, au voiturier : Ils utilisaient la plante pour soigner leurs blessures. L'Achillée millefeuille
Herbe aux coupures, à la saignée, Saigne-nez : La plante est utilisée pour ses propriétés vulnéraires. L'Achillée millefeuille
Herbe aux dindes : Au Québec, les dindes étaient nourries avec. L'Achillée millefeuille
Herbe aux gueux : Pour susciter la pitié, les mendiants se frottaient avec les feuilles pilées donc l'action irritante produisait des plaies à l'apparence d'ulcère. La Clématite vigne-blanche
Herbe de la Saint-Jean : Elle fait partie des 32 herbes de la Saint-Jean. L'Achillée millefeuille
Herbe de Saint-Joseph : Saint-Joseph est le patron des charpentiers. L'Achillée millefeuille
Hieracium : Du grec ancien 'hierax' (épervier, faucon) une croyance populaire disait que ces oiseaux en buvaient le suc pour fortifier leur vue. L'Épervière piloselle L'Épervière tachée
Hippochoeris, Hypochaeris : Du grec 'hupokhoiris, khairos' (porc). L'Anémone des jardins
Hippophae : Du grec 'hippos' (cheval) et 'pheos' (je brille). On croyait que ce végétal fortifiait le pelage des chevaux qui en consommaient. L'Argousier
Hortensis : En latin (de jardin). La Bourrache L'Anémone des jardins L'Arroche des jardins La Rue graveole La Pâquerette vivace
Humulus : Du nom slave 'schmeli', C'est dans le Caucase, vers le VIII siècle qu'il fut mélangé à de la cervoise ce qui donna les premières bières. L'Houblon sauvage
Hyoscyamus : Du grec 'hys' (porc) et kyamos (fève). La Jusquiame
Hyoseris : Du grec 'hys' (porc) et seris (salade). L'Hyoséride rayonnante
Hypericum : Du grec 'hypo' (presque) et éreikê (bruyère) nom grec de la plante. Le Millepertuis perforé Le Millepertuis androsème
Hypericum : Du grec 'hypo' (sous) et 'ereîkê' (bruyère). Le Millepertuis perforé
Hyssopus : De l'hébreu 'ezob'. L'Hysope officinale


Haut de page  Haut de page  Haut de page

i
Iberis : Plante poussant en Ibérie (Espagne). L'Ibéris amer
If : Du celte 'ivin' ou du grec 'hyfe' (tissu) on confectionnait des vêtements à partir des fibres de son bois. L'If
Ilex : Du nom latin du chêne-Yeuse. Le Chêne vert Le Houx
Impatiens : Du latin (peu endurant), allusion aux valves des capsules. La Balsamine des bois
Implexa : En latin (entrelacée). Le Chèvrefeuille entrelacé
Iris : Du nom grec 'iris' (arc en ciel.) L'Iris des marais L'Iris nain


Haut de page  Haut de page  Haut de page

j
Jambon du jardinier : Peut-être du fait que la racine une fois cuite ressemble et a la même couleur que du jambon cuit. L'Onagre bisannuelle
Jasminum : Du persan 'yâsimîn'. Le Jasmin ligneux
Joubarbe : Du latin 'jovis barba' (barbe de Jupiter) La plante a longtemps été plantée sur les toits, car on pensait qu'elle protègerait les habitations de la foudre. La Joubarbe des toits
Juglans : De 'Jovis glans' (plante de Jupiter), auquel cet arbre fut consacré. Le Noyer commun Le Noyer noir
Juncea, junceum : En latin (qui ressemble à un jonc) La Chicorée à la buche L'Aphyllante de Montpellier Le Genêt d'Espagne
Juniperus : Du celtique 'juneperus' (âpre), allusion à la saveur des fruits. Le Genévrier Cade Le Genévrier commun Le Genévrier de Phénicie


Haut de page  Haut de page  Haut de page

k
Kermès : Du latin 'kermes ilicis' nom de la cochenille du kermès qui le parasite. Le Chêne kermès
Koelreuteria : En hommage au botaniste allemand Joseph Gottlieb Kölreuter (1733-1806). Le Savonnier


Haut de page  Haut de page  Haut de page

l
Lactuca : Du latin 'lac, lactis' (lait) la plante contient un suc laiteux ou latex. La Saint Joseph La Laitue sauvage La Laitue vivace
Laitue : Du latin 'lactuca' (lait). Le Laiteron des maraîchers La Laitue vivace Le Pissenlit La Laitue sauvage La Saint Joseph
Lamier : Du grec 'laïmos' (gueule béante) allusion à la forme de la corolle. Le Lamier amplexicaule Le Lamier pourpre Le Lamier blanc
Lampsana : Du grec 'lampsanê', plante alimentaire indéterminée. La Lampsane
Lappa : Du grec 'lapbanein' (prendre), allusion aux involucres qui se fixent aux vêtements. La Grande bardane
Larix : Nom latin de cet arbre. Nom issu d'une localité des Alpes (Larignum) restée inconnue. Le Mélèze commun
Lathyrus : Du nom grec 'lathyros', nom donné à une légumineuse indéterminée. La Gesse chiche La Gesse cultivée La Gesse à larges feuilles La Gesse annuelle
Latifolia : Du latin 'latus' (large) et 'folium' (feuille). La Filaire à larges feuilles La Lavande aspic L'Aristoloche pistoloche La Grande Passerage La Massette à larges feuilles Le Figuier Le Compagnon blanc
Laurus : Nom latin du laurier. Le Laurier-sauce
Lavandula : Du latin 'lavare' (laver) car utilisée pour parfumer les lessives. La Lavande stéchade La Lavande aspic La Lavande vrai La Lavande des Pyrénées
Lavatera : Dédié aux naturalistes suisses du XVII siècle les Lavater. La Lavatère arborescente
Leontodon : Du grec 'leôn' (lion) et 'odontos' (dent). Le Liondent tubéreux
Lepidium : Du grec 'lepis' (écaille), allusion aux silicules. Le Nasitort Le Cresson alénois La Grande Passerage La Passerage hérissé Le Brocoli sauvage
Leuzea : Dédié au naturaliste méridional J. T. F. Deleuze (1753-1835). La Leuzée conifère
Ligusticum : Du latin 'ligusticus' (de Ligurie). La Livèche
Ligustrum : Nom latin du végétal, de 'ligare' (lier) allusion aux rameaux souples. Le Troène commun
Limonium : Du grec 'leïmôn' (Prairie). La Saladelle de Narbonne
Linum : Du grec 'linon' (lin). Le Lin de Narbonne Le Lin campanulé
Lithospermum : Du grec 'lithos' (pierre) et 'spermum' (graine), allusion à la dureté des fruits. Le Grémil ligneux
Lonicera : Nom donné par Linné en honneur à Adam Lonitzer, botaniste, naturaliste et médecin allemand (1528 - 1586). Le Chèvrefeuille des bois Le Chèvrefeuille étrusque Le Chèvrefeuille des haies Le Chèvrefeuille entrelacé Le Chèvrefeuille des Alpes Le Chèvrefeuille commun
Loroglossum : Du grec 'loros' (étroit) et 'glossa' (langue), allusion à l'allure de la fleur. La Barlie de Robert
Lunaria : Du latin 'luna' (lune), allusion à la forme de la silicule. La Monnaie du pape
Lyciet : Du grec 'lykion', nom d'un arbuste épineux. Le Lyciet commun Le Lyciet d'Europe
Lycium : Du nom grec d'un arbuste épineux. Le Lyciet commun Le Lyciet féroce
Lycopodium : Du grec 'lycos' (loup) et 'podion' (petit pied). La Selaginelle denticulée
Lycopus : Du grec 'lykos' (loup) et 'pous' (pied), allusion aux feuilles. Le Lycope d'Europe
Lysimachia : Nom latin de ce végétal, dédié à Lysimaque, médecin célèbre de I'Antiquité. La Lysimaque commune
Lythrum : Du grec 'lythron' (sang et poussière), allusion à la couleur des fleurs. La Salicaire officinale


Haut de page  Haut de page  Haut de page

m
Malus : Du celtique 'mal' (nom du fruit). Le Pommier sauvage
Malva : Nom latin de diverses malvacées et du grec 'malakos' (mou) allusion au fait que ces végétaux sont émollients. La Mauve alcée La Mauve sylvestre La Rose trémière La Guimauve officinale La Mauve commune La Mauve à feuilles rondes
Mandragora, Mandragore : Du grec 'mandra' (étable) et 'agauros' (nuisible), la plante était réputée néfaste pour les troupeaux. La Mandragore
Marrubium : Nom latin de ces végétaux et de I'hébreu 'mar rob' (suc amer), allusion à la caractéristique de cette plante. Le Marrube blanc
Matthiola : Dédié au botaniste italien P. A. Mattioli (1500-1577). La Giroflée des dunes
Mauve : Du latin 'malva' (mou), car ses feuilles sont molles. La Mauve sylvestre La Guimauve officinale
Medicago : Du grec 'mediké' (luzerne). La Luzerne polymorphe La Luzerne arborescente La Luzerne cultivée
Melia : Nom grec du frêne. Le Mélia azedarach
Melilotus : Du grec 'meli' (miel) et 'lotus' (lotier). Le Mélilot blanc Le Mélilot officinal
Mélisse : Du grec 'melissa' (abeille), la plante est très mellifère. La Mélisse officinale
Mentha : Du nom grec de cette plante, du nom d'une nymphe que Proserpine changea en ce végétal. La Menthe des champs La Menthe sylvestre La Menthe pouliot La Menthe à feuilles rondes La Menthe aquatique La Menthe verte
Mespilus : Nom grec de cet arbre. Le Sorbier domestique L'Aubépine à un style Le Néflier Le Néflier du Japon
Micocoulier : Du grec 'mikrokouli' (celui qui produit des baies minuscules) Le Micocoulier du Mississippi Le Micocoulier de Provence
Microcarpus : Du grec 'mikros' (petit) et 'karpos' (fruit), à petits fruits. L'Asphodèle ramifié
Millefolium : En latin (mille feuilles), les feuilles sont tellement découpées qu'elle donne l'impression qu'il y en a des milliers. Ce qui explique aussi l'appellation populaire de 'cils de Vénus'. L'Achillée millefeuille
Monarda : Dédié au pharmacien espagnol N. Monardes (1493- 1576). La Monarde
Montanus : En latin (des montagnes), habitat naturel de la plante. L'Oseille commune L'Oseille des montagnes L'Inule des montagnes La Perce-neige
Morus : Nom latin déjà donné à la plante dans l'antiquité. Le Mûrier noir Le Mûrier-platane Le Mûrier blanc
Muralis : En latin (mur) la plante pousse sur les vieux murs. La Cymbalaire Le Chénopode des murs
Mûrier : Dérivé du latin 'morus', apparaît dans notre langue au XIIe siècle. Le Mûrier-platane Le Mûrier blanc Le Mûrier noir
Muscari : Du latin 'muscarium' (chasse-mouches), en raison du parfum musqué de certaines espèces et du fait qu'elle attire les mouches. Le Muscari négligé Le Muscari à toupet
Myosuroides : Des mots latins 'myo' (souris, rat), 'oura' (queue) et 'oides' (qui à l’aspect de), la plante ressemble à une queue de souris. Le Vulpin des champs
Myrtus : Nom grec de la plante, de 'myron' (parfum). Le Myrte


Haut de page  Haut de page  Haut de page

n
Narcissus : Du nom grec 'narkao' (assoupir) en relation avec les fleurs qui peuvent provoquer des assoupissements. C'était le nom du fils de Céphise qui se mit à aimer sa propre image. En se regardant dans I'eau d'une fontaine il y tomba et s'y noya avant d'être changé en cette fleur. Le Narcisse tazette La Petite jonquille
Nasturtium : Du latins 'nasum' (nez) et 'torquere' (tordre), allusion à la grimace faite à cause de la saveur piquante du cresson. Le Cresson de fontaine Le Cresson alénois La Capselle bourse-à-pasteur
Nemorosa : Du latin 'nemorosus' (des bois). L'Anémone des bois
Nerium : Du grec 'nêrion' attribué à une espèce voisine. Le Laurier rose
Nigella : Du latin 'niger' (noir), allusion à la couleur des graines. La Nigelle de Damas La Nigelle cultivée
Nigra, Nigrum : Du latin 'niger' (Noir). Le Mûrier noir Le Sureau noir La Moutarde noire La Morelle noire
Nigritella : Diminutif de 'nigra' (noir). La Nigritelle
Nuphar : De l'égyptien 'noû phar'. Le Nénuphar jaune


Haut de page  Haut de page  Haut de page

o
Obione : De 'Obi', fleuve de Sibérie. L'Obione faux pourpier
Obovatum : En latin (à feuilles obovales). Le Pissenlit luisant
Oenothera : Du grec 'oinos' (vin) et 'thêr' (bête sauvage) selon Théophraste la racine était trempée dans du vin puis utilisée pour apprivoiser les bêtes sauvages. L'Onagre bisannuelle
Olea : Du grec 'elaïf' (olivier). L'Olivier européen
Oleracea,Oleraceus : (du potager), du latin 'olus' (légume), elle est utilisée comme légume. Le Pourpier Le Laiteron des maraîchers
Olivastre : Du fait de sa couleur, gris comme un olivier. La Filaire à feuilles étroites
Onopordum : Du grec 'onos' (âne). Le Chardon aux ânes
Ophrys : Du grec 'ophrys' (sourcil). L'Ophrys abeille L'Ophrys bécasse L'Ophrys jaune
Opuntia : De 'Oponte', ville de la Grèce ancienne. Le Figuier de Barbarie
Orchis : Du grec 'orchis' (testicule). L'Orchis pyramidale L'Orchis moucheron L'Orchis bouc La Barlie de Robert L'Orchis mâle L'Orchis militaire L'Orchis pourpre L'Orchis tacheté
Oreille de souris, Oreille de rat : Les feuilles poilues de la plante ressemblent aux oreilles de ces rongeurs. L'Épervière piloselle
Origanum : Du grec 'oros' (mont) et 'garos' (éclat). L'Origan Le Dictame de Crète
Orlaya : Dédié au botaniste russe du XIX siècle J. Orlay. Le Orlaya à grandes fleurs
Orobanche : Du latin 'orobus' (parasite). L'Orobanche crénelée
Oseille : Du latin 'oxalis', lui-même du grec 'oxus' (acide), les oseilles ont une saveur acidulée caractéristique. La Patience violon Le Plantain corne-de-cerf L'Oxalis petite Oseille La Petite oseille L'Oseille commune L'Oseille des montagnes Le Rumex crépu
Osyris : Du nom de la divinité égyptienne, donné par les Grecs à des arbustes à branches souples. Le Rouvet blanc
Oxalis : Du grec 'oxis' (acide) et 'als' (sel). Ces plantes produisent en effet un oxalate de Potasse. L'Oxalis corniculée
Oxycoccos : Du grec 'oxys' (acide) et 'kokkos' (baie). La Canneberge


Haut de page  Haut de page  Haut de page

p
Paliure : du latin 'paliurus' ou du grec 'paliouros' (épine, ronce). Le Paliure (Épine du Christ)
Pallenis : Du grec 'Pallênê', presqu'île au sud de Salonique. L'Astérolide épineuse
Pancratium : Du grec 'pancration' attribué à une plante bulbeuse indéterminée. Le Lis maritime
Panicum : Du latin 'panis' (pain). Cette céréale fut une des premières utilisées pour confectionner des bouillies alimentaires. Le Millet blanc
Papaver : Du celtique 'papa' (bouillie). Le Coquelicot
Pâquerette : Dérivé de Pâques. La Pâquerette vivace La Pâquerette des bois
Parietaria : De 'paries' (mur), allusion à son biotope. La Pariétaire
Paris : Dédié au héros d'Homère, Pâris. La Parisette
Passerage : Les anciens pensaient qu'elle guérissait les animaux atteints de la rage. Le Brocoli sauvage La Grande Passerage
Pastinaca : Ancien nom latin de la carotte. Le Panais
Pelargonium : Du grec 'pelargos' (cigogne). Le Pelargonium odorant
Periclymenum : En grec (baigné tout autour), les feuilles soudées entre elles forment une cuvette dans laquelle l'eau de pluie peut s'accumuler. Le Chèvrefeuille des bois
Petasites : Du grec 'petasos' (chapeau à larges bords), allusion aux fleurs. Le Pétasite officinal Le Pétasite des Pyrénées
Petroselinum : Ancien nom grec du persil. Le Persil cultivé
Phalaris : Du grec 'phalaros' (luisant), allusion à la couleur des fleurs. L'Alpiste
Phillyrea : Nom grec d'arbrisseaux. La Filaire à feuilles étroites La Filaire à larges feuilles
Phlomis : Nom grec de ces végétaux. Le Phlomis herbe au vent
Phlomis lychnite : Du latin 'phlomis' (flamme) et 'lychnis' (lampe). Le Phlomis lychnite
Phragmites : Nom grec de ces végétaux. Le Roseau commun
Physalis : Du grec 'physaô' (gonfler). L'Alkékenge Le Coqueret du Pérou
Phytolacca : Du grec 'phyton' (plante) et du perse 'lakk' (laque). Le Raisin d'Amérique
Picea : Du latin 'pix' (poix). L'Épicéa commun
Picroide, Picris : Du grec 'pikris' (amer) nom d'une composée amère. La Terre-grèpe
Pilosella : Du latin 'pilosus' (poilu, ) la plante est couverte de poils. L'Épervière piloselle
Pimpinella : Nom d'origine romane remontant au VII siècle environ. La Pimprenelle Le Boucage saxifrage L'Anis
Pinus : Du celte 'pen' (tête) et du nom latin du pin parasol. Le Pin parasol Le Pin d'Alep Le Pin sylvestre
Pissenlit : (pisse au lit) en raison des propriétés diurétiques de la racine. Le Pissenlit luisant Le Pissenlit
Pistacia : Nom latin d'origine orientale : poustak. Le Pistachier lentisque Le Pistachier térébinthe Le Pistachier vrai
Pisum : Ancien nom grec du végétal. La Gesse à larges feuilles La Gesse chiche
Plantagineum : En latin, de 'plantago' (plantain). La Vipérine faux-plantain
Plantago : Nom latin de ces végétaux. Le Plantain lancéolé Le Plantain d'eau Le Plantain corne-de-cerf Le Plantain moyen Le Plantain majeur
Poivre : à cause de sa forte saveur poivrée. Le Poivre de muraille
Polygonatum : Du grec 'polys' (multiple) et 'gonu' (genou), le rhizome est articulé. Le Sceau de Salomon
Polygonum : Du grec 'polys' (nombreux) et 'gonu' (genou), allusion aux tiges noueuses. La Renouée des oiseaux La Bistorte
Polypode : Du latin 'polypodium'. Le Polypode austral
Polypodium : Du grec 'poys' (plusieurs) et podium (pied) du fait que le rhizome à beaucoup de radicelles. Le Polypode austral La Fougère commune La Fougère mâle
Populus : Nom latin de ce végétal. Le Peuplier blanc Le Peuplier noir
Porcelle : De 'porc' nourriture pour les cochons. La Porcelle
Portulaca : Du latin 'portula' (petite porte) la partie supérieure du fruit s'ouvre comme un petit couvercle. Le Pourpier
Potentilla : Du latin 'potens' (puissant), allusion à ses prétendues vertus médicinales. La Potentille rampante
Pourpier : Du latin 'pullipes' (pied de poulet) à cause de sa forme. Le Pourpier
Primevère du soir : La fleur ne s'ouvre que vers le soir. L'Onagre bisannuelle
Primula : Du latin 'primulus' (tout premier), la plante est une des premières à fleurir à la fin de l’hiver. La Primevère commune La Primevère officinale
Prunus : Ancien nom latin de cet arbre. L'Amandier Le Prunellier Le Cerisier de Sainte Lucie L'Abricotier Le Prunier de Pissard
Psoralea : Du grec 'psôraleos' (galeux), allusion à l'aspect de la surface du calice. La Psoralée bitumineuse
Pteridium aquilinum : Du latin 'pteris' ( fougère), 'pteron' (aile) et 'aquila' (aigle). La Fougère commune
Pulmonaria : Nom d'un lichen au Moyen-Age. La Pulmonaire officinale
Purpureum : En latin (pourpre) en raison de la couleur pourpre de ses feuilles apicales. Le Lamier pourpre
Pyracantha : Du grec 'pyros' (feu) et acantha (épine). Le Buisson ardent


Haut de page  Haut de page  Haut de page

q
Quercus : Du celtique 'kaër quez' (bel arbre). Le Chêne kermès Le Chêne vert Le Chêne pubescent Le Chêne pédonculé Le Chêne-liège


Haut de page  Haut de page  Haut de page

r
Radicata : En latin (à forte racine). La Porcelle
Raiponce : Du latin rapum (rave, racine tuberculeuse) La Campanule raiponce
Raiponce rouge : Ressemblance avec la racine de la raiponce, mais en rouge. L'Onagre bisannuelle
Ranunculus : Du latin 'rana' (grenouille) et 'colère' (habiter), allusion au biotope de certains de ces végétaux. La Renoncule âcre La Renoncule scélérate La Renoncule bulbeuse La Renoncue sardonique La Renoncule vénéneuse
Raphanus : Du nom grec de ce végétal : 'raphanos' (qui lève vite). Le Radis ravenelle
Reichardia : Dédié au médecin et botaniste allemand Johann Jakob Reichard (1743-1782). La Terre-grèpe
Reichardia : Dédié au botaniste allemand J. J. Reichard (1743-1782). La Terre-grèpe
Renoncule : Du latin 'ranonculus' (petite grenouille), la plante se plait dans les milieux humides là où vivent les grenouilles. La Renoncule ficaire L'Anémone fausse renoncule
Reseda : Ancien nom latin de ce végétal. Le Réséda de Jacquin
Revirasoleu : Des mots occitans 'revirar' (retourner) et 'solelh' (soleil), les fleurs tournent avec le soleil. Le Crépis de Nîmes
Rhagadiolus : Du grec 'rhagadion' (fente), allusion à I'involucre. La Rhagadiole étoilé
Rhamnus : Du grec 'rhamnos' (nom de ce végétal). Le Nerprun alaterne
Rhus : Du nom latin du sumac et du celtique 'rhud' (rouge). Le Sumac des corroyeurs
Ribes : Du nom danois de ce végétal : 'ribs'. Le Groseillier à maquereau Le Groseillier des Alpes Le Cassissier Le Groseillier rouge
Ricinus : Du latin 'ricinus' (tique de chien), allusion à la forme de la graine. Le Ricin
Robinia : Dédié au jardinier français J. Robin (1550-1629). Le Robinier faux-acacia
Rocambole : Des mots latins 'rotare' (tourner) et 'bolle' (bulbe) L'Ail rocambole
Roland : De chardon roulant, la plante sèche se détache de sa souche en hiver et emportée le vent, elle « roule » sur la prairie pour disperser ses graines. Le Panicaut champêtre Le Panicaut maritime
Romarin : Des mots latins 'ros' (rosée) et 'marinus' (marin), la plante est native du littoral méditerranéen. Le Romarin
Roquette : De l'italien 'rochetta', dérivé de 'ruca' (chou ou chenille). La Roquette Le Diplotaxis
Rosa : Du grec 'rhodon' (rose). L'Églantier
Rubia : Du latin 'ruber' (rouge), allusion à ses qualités technologiques. La Garance des teinturiers La Garance voyageuse
Rubus : Du nom latin de ce végétal, du mot 'ruber' (rouge). La Ronce commune Le Framboisier
Rumex : En latin (hallebarde), nom d'une plante de ce genre aux feuilles en forme de hallebarde. L'Oseille commune La Patience violon La Petite oseille L'Oseille des montagnes Le Rumex crépu
Rumex : Nom latin de ces plantes. La Petite oseille L'Oseille des montagnes
Rupestris : En latin (des rochers). Le Nombril de Vénus Le Figuier
Ruscus : Du nom latin de ces plantes. Le Fragon faux houx
Ruta : Nom latin de cette plante. La Rue de Chalep La Rue graveole


Haut de page  Haut de page  Haut de page

s
Sagittaria : Du latin 'sagitta' (flèche), allusion à l'allure des feuilles. La Sagittaire
Salicorne : Du latin 'sal' (sel) et 'cornu' (corne) du faite de sa forme. La Salicorne d'Europe
Salsepareille : Du portugais 'salsaparilla' ou de l'espagnol 'zarzaparrilla' eux-mêmes dérivés de l'arabe 'saras' (plante épineuse) et de 'parrilla' (treille). La Salsepareille
Salsola : Du latin 'salsus' (salé), allusion au biotope. La Soude maritime La Soude épineuse
Salvia : Du latin 'salvare' (sauver), allusion aux propriétés médicinales du végétal. La Sauge officinale Le Romarin La Sauge sclarée
Sambucus : Du grec 'sambûke' (flûte), ces végétaux servaient à confectionner des instruments de musique. Le Sureau hièble Le Sureau noir
Sancta : En latin (sainte, sacrée). Le Crépis de Nîmes
Sanguisorba : Du latin 'sanguis' (sang) et 'sorbeo' (absorber), du fait de la propriété hémostatique de la plante. La Pimprenelle Le Sanguisorbe
Santo : Du grec 'xantho' (jaune). La Santoline
Santolina : Nom italien de ces végétaux (sanctolina). La Santoline
Saponaria : Du latin 'sapo' (savon), allusion à la faculté de mousser dans de I'eau. La Saponaire officinale La Saponaire de Montpellier
Sarothamnus : Des mots grecs 'saros' (balai) et 'thamnos' (buisson), la plante était autrefois utilisée pour la fabrication de balais. Le Genêt à balais
Sativa, Sativus, Sativum : En latin (cultivé). La Caméline Le Chanvre La Gesse cultivée Le Cresson alénois La Nigelle cultivée La Vesce cultivée Le Panais
Saxifraga : Du latin 'saxum' (pierre) et 'frangere' (briser) par allusion au biotope de ces végétaux. Le Boucage saxifrage
Scabiosa : Du latin 'scabies' (gale) pour ses prétendues vertus pour guérir la gale et contre les affections cutanées au Moyen-Age. La Scabieuse maritime
Scandix : Nom grec du cerfeuil. Le Peigne de Vénus
Schinus : Du grec 'Schinos' (lentisque). Le Faux poivrier
Scilla : Du grec 'skilla' (scille). La Scille maritime La Scille d'automne
Scorzonera : De I'espagnol 'escorzonera' attribué à un végétal voisin. La Galinette La Scorsonère d'Espagne
Sedum : En latin (s'asseoir) car souvent 'assise' sur les pierres. Le Poivre de muraille L'Orpin élevé L'Orpin à feuilles courtes Le Sédum réfléchi L'Orpin blanc Le Sédum reprise
Selaginella : Du celtique 'selago' (sabine). La Selaginelle denticulée
Sempervirens,Sempervivum : Du latin 'semper' (toujours) et 'vivo' (je vis) car les feuilles sont toujours vertes. Le Buis toujours vert Le Cyprès commun La Joubarbe des toits
Senecio : Du latin 'senex' (vieillesse). Le Séneçon du Cap Le Séneçon de Jacob
Serpolet : Du provençal 'serpol' (thym sauvage) lui-même du latin 'serpullum'. Le Serpolet
Serpullum : Du latin 'serpere' lui-même du grec 'herpein' (ramper), la plante pousse au niveau du sol en s'étalant. Le Serpolet
Serriola : Dérivé de 'scariola' autre nom latin. La Saint Joseph
Sesamum : De I'arabe 'sesem', une des plus anciennes plantes cultivées. Le Sésame
Setaria : Du latin 'seta' (soie). Le Millet à grappes
Siliqua : En latin (silique, gousse). Le Caroubier Le Diplotaxis L'Arbre de Judée
Silybum : Du grec 'silybon', nom attribué à un chardon comestible. Le Chardon-Marie
Sinapis : Nom grec de cette plante : 'sinapi'. La Moutarde sauvage
Sisymbrium : Du grec 'sisymbrion', ancien nom d'un cresson. Le Sisymbre officinal
Smilax : Du nom grec de ce végétal, dédié à une jeune fille amoureuse du jeune Crocus et qui fut changée en cette plante. La Salsepareille
Smyrnium : De 'smyrna' (myrrhe), allusion à I'odeur de ces végétaux. Le Maceron
Solanum : Du latin 'sol' (soleil), la plante aime les lieux ensoleillés. La Morelle orangée La Morelle douce-amère La Morelle noire Le Pommier d'amour
Soldanella : Du latin 'solidus' (monnaie), allusion à la forme des feuilles. Le Liseron des sables
Solidago : Du latin 'solidare' (cicatriser), allusion à ses propriétés vulnéraires. Le Solidage
Sonchus : Du grec 'somphos' (creux, mou). Le Laiteron des maraîchers
Sorbier, Sorbus : Du latin 'sorbeo' (j'absorbe) à cause de ses propriétés médicales astringentes. Le Sorbier domestique
Souci : Du latin 'solsequiea' (qui suit le soleil) car les fleurs s'ouvrent et se ferment avec le soleil. Le Souci officinal Le Souci des champs
Spartium : Du grec 'spartion' (genêt à tresser). Le Genêt d'Espagne Le Genêt à balais Le Genêt scorpion
Spinosa : Du latin 'spinosus' (épineux). Le Câprier commun L'Astérolide épineuse L'Echinophore épineuse Le Poirier à feuilles d'amandier Le Grenadier Le Prunellier
Spiraea : Du grec 'speira' (spirale). La Spirée filipendule La Reine-des-prés
Stachys : Du nom grec de l'épi. L'Épiaire des bois
Staehelina : Dédié aux botanistes suisses du XVIII siècle, les Staehelin. La Stéhéline douteuse
Stellaria : Du latin 'stella' (étoile). Le Mouron des oiseaux
Sternbergia : En hommage au botaniste tchèque Comte Kaspar Maria von Sternberg (1761-1838). Le Crocus d'automne
Sumac : De l'arabe 'summaq'. Le Sumac des corroyeurs
Sylvie : Du latin 'silva' (forêt). L'Anémone des bois
Symphytum : Du nom grec de plantes vulnéraires. La Consoude officinale


Haut de page  Haut de page  Haut de page

t
Tagetes : En étrusque nom d'un descendant de Jupiter qui leur enseigna la divination L'Oeillet d'Inde
Tamus : Nom latin d'un végétal indéterminé. Le Tamier commun
Tanacetum : De 'tanatos' (le mont), les fleurs de cette plante se flétrissent facilement. La Tanaisie
Taraxacum : Probablement du grec ancien 'táraxis' (trouble de la vue), le latex du pissenlit passait pour calmer les irritations des yeux, ou peut être de l'arabe 'tharakhchakon' qui désignait une plante semblable au pissenlit commun. Le Pissenlit luisant Le Liondent faux-pissenlit Le Pissenlit
Taxus : De I'indo-européen 'tecs' (travail habile) cela en relation avec la facilité avec laquelle on peut sculpter ce bois. L'If
Telephium : Nom grec d'un végétal indéterminé, et dédié à Telephe roi de Mycée qui fut guéri par cette plante grâce à Achille. Le Sédum reprise
Tenuifolia : Ténue (grêle, mince). La Roquette La Ciboulette La Bruyère cendrée
Tetragonolobus : Du grec 'tetragonos' (tétragone) et 'lobos' (gousse). Le Tétragonolobe pourpre
Teucrium : Dédié à Teucer, première personne à vanter les propriétés médicinales de certaines germandrées. Régnant sur la Phrygie mineure, il donna sa fille unique Batie en mariage à Dardatus, fondateur de Troie. La Germandrée tomenteuse La Germandrée des bois La Germandrée petit-chêne La Germandrée arbustive La Germandrée dorée
Thlaspi : Du grec 'thlaô' (écraser), allusion aux fruits. Le Tabouret La Capselle bourse-à-pasteur
Thym : Du latin 'thymus', lui-même du grec 'thymós' (parfumer, faire une offrande) lui-même de l'ancien égyptien 'tham' (plante odoriférante qui servait à embaumer les morts par fumigation). Le Thym commun
Thymus : Du grec 'thymós' (parfumer, faire une offrande) lui-même de l'ancien égyptien 'tham' (plante odoriférante qui servait à embaumer les morts par fumigation). Le Serpolet
Tilia : Nom latin de ces arbres. Le Tilleul commun
Torminalis : En latin (bon pour les coliques), les baies sont réputées pour leur propriété antidiarrhéique. Le Sorbier torminal
Tragopogon : Du grec 'tragos' (bouc) et 'pôgôn' (barbe). Le Salsifis austral Le Salsifis des prés
Trichomanes : Du grec 'thrix' (cheveu) et 'mania' (manie). La Capillaire des murailles
Trifolium : Du latin 'tres' (trois) et 'folium' (feuille). L'Érable de Montpellier Le Mélilot blanc Le Mélilot officinal Le Trèfle des prés Le Trèfle Pied-de-lièvre Le Trèfle champêtre Le Trèfle incarnat
Triticum : Nom latin du blé. De 'tritum' (broyé, moulu). Le Chiendent commun L'Engrain L'Épeautre
Trollius : Du nom allemand 'trol' (boule), allusion à la forme globuleuse de fleurs. Le Trolle
Tropaeolum : Du grec 'tropaion' (trophée). La Grande capucine
Tulipa : Du persan 'thoulyban' (turban). La Tulipe sauvage La Tulipe du Midi
Tussilago : Du latin 'tussis' (toux) et 'agere' (chasser), allusion à ses vertus médicinales. Le Tussilage
Typha : Nom grec de la plante, de 'tiphos' (marais), allusion au biotope. La Massette à larges feuilles


Haut de page  Haut de page  Haut de page

u
Ulex : Du nom latin d'une espèce d'arbuste indéterminée. L'Ajonc de Provence L'Ajonc d'europe
Umbilicus : En latin 'nombril', allusion aux feuilles. Le Nombril de Vénus
Unedo : Du latin 'un edo' (j'en mange qu'un). L'Arbousier
Urginea : Plante découverte en Algérie dans le fief des Beniurgin. La Scille maritime
Urospermum : Du grec 'oura' (queue) et 'sperma' (graine), le fruit est prolongé par un long bec creux et élargi. L'Urosperme de Daléchamps
Urtica : Du latin 'urere' (brûler). L'Ortie commune


Haut de page  Haut de page  Haut de page

v
Vaccinium : Nom latin de ce végétal. Le Myrtillier commun La Canneberge L'Airelle rouge L'Airelle des marais
Valeriana : Du latin 'valere' (se bien porter), allusion aux propriétés médicinales des végétaux. La Doucette La Centranthe à feuilles étroites La Valériane officinale
Valerianella : Diminutif de valeriana. La Doucette
Veris : En latin (du printemps). La Primevère officinale
Veronica : Plante dédiée à Sainte Véronique qui essuya le visage du Christ, son voile en garda I'empreinte : allusion aux fleurs de ces végétaux qui ressemblent légèrement à un visage. La Véronique de Perse Le Mouron d'eau Le Cresson de cheval
Vesca : En latin (petite). Le Fraisier des bois
Vesicaria : Du latin 'vesica' (vessie), allusion à l'aspect des bractées extérieures de l'involucre de l'espèce Crepi vesicaria subsp. Vesicaria. L'Arrucat La Crépide à feuilles de pissenlit
Viburnum : Du latin 'vieo' (tresser). Le Laurier-tin Le Viorne obier La Viorne lantane
Vicia : Nom latin du végétal. La Vesce cultivée L'Ers
Vierge : Les fleurs sont généralement stériles. L'Oseille commune
Vigna : Dédié au botaniste italien D. Vigna (1609-1647). La Mongette
Villosum : Adjectif latin de 'villus' (poil), la plante est velue. La Morelle orangée
Vinca : Ancien nom de la pervenche. La Grande pervenche La Petite Pervenche
Viola : Nom latin de ce végétal. La Violette odorante La Pensée sauvage La Violette hérissée
Viscosa : Du latin (à goût ou odeur fétide). L'Inule visqueuse
Viscum : Du latin 'viscum' (visceux). Le Gui
Vitalba : Du latin 'vitis alba' (vigne blanche). La Clématite vigne-blanche
Vitex : Du latin 'vieo' (tresser) utilisé en Grèce pour la vannerie. Le Gattilier
Vitis : Nom latin de la vigne. La Vigne cultivée La Vigne sauvage
Vulpin : Du latin 'Vulpes' (renard), la plante ressemble à une queue de renard. Le Vulpin des champs


Haut de page  Haut de page  Haut de page

x
Xanthium : Du grec 'xanthos' (jaune), les fruits donnent un colorant jaune. La Lampourde glouteron
Xylosteum : Des mots grecs 'xylon' (bois) et 'osteon' (os), l'aspect des entrenoeuds font penser à des os. Le Chèvrefeuille des haies


Haut de page  Haut de page  Haut de page

y
Yucca : Du nom arawack correspondant. Le Yucca superbe


Haut de page  Haut de page  Haut de page

z
Zizyphus : De l'arabe 'zizouf'. Le Jujubier commun


Haut de page  Haut de page  Haut de page

s
Sylvestris : Du latin 'silva' (forêt), Qui vit dans la forêt, sauvage. La Mauve sylvestre La Cardère sylvestre L'Angélique des bois Le Pin sylvestre L'Amarante des bois La Pâquerette des bois Le Cerfeuil sauvage La Tulipe sauvage La Tulipe du Midi La Vigne sauvage Le Pommier sauvage


Haut de page  Haut de page  Haut de page

o
Officinalis : Du latin 'officina' (officine), la plante est censée posséder des vertus médicinales et donc vendue dans les officines (pharmacies). La Bourrache Le Calament népéta La Grande bardane Le Romarin La Sauge officinale La Saponaire officinale La Fumeterre L'Angélique officinale La Guimauve officinale L'Hysope officinale Le Mélilot officinal La Mélisse officinale Le Souci officinal La Pariétaire Le Pétasite officinal La Primevère officinale La Pulmonaire officinale Le Sisymbre officinal La Valériane officinale La Verveine officinale


Haut de page  Haut de page  Haut de page

Propulsé par CComment