Nombre de lignes au total: 14 Nombre de pages : 1 Nombre de lignes par page : 14
Résultats trouvés pour : four

Patrimoine

  Nom de l'éléments : four à chaux

Patrimoine

  Nom de l'éléments : Moulin fournier

Patrimoine

  Nom de l'éléments : Vieu four à chaux

Patrimoine

  Nom de l'éléments : Cheminé d'un four de potier

Patrimoine

  Nom de l'éléments : four à pain

Patrimoine

  Nom de l'éléments : four à chaux

Patrimoine

  Nom de l'éléments : four à chaux

Patrimoine

  Nom de l'éléments : four à pain

Patrimoine

  Nom de l'éléments : four à chaux

Patrimoine

  Description : Construction ou reconstruction récente. Au milieu d'un carrefour comme éléments de décoration. Détruite en 2016.

Patrimoine

  Description : "Cayroux", "fourille"

Patrimoine

  Description : Subsistent des voûtes, un four, le pigeonnier.

Patrimoine

  Description : Les terrasses de culture, cabanes, murs de mas et terrains pierreux évoquent le passé prospère d'une terre labourée et plantée de vignes et oliviers. Le retrait des pierres sur ces terres a permis de fournir la matière première suffisante pour bâtir ces constructions qui, avec l'arrivée du phylloxéra, ont été pour la plupart abandonnées. La technique de construction utilisée est connue sous le nom de pierre sèche et consiste à disposer les pierres par rangées sans être jointes par un quelconque matériau. Les pierres utilisées proviennent des lieux mêmes et ne sont en principe pas taillées. Dans ce secteur, le sol est pierreux et le déblayage de nouvelles surfaces de culture à fourni des pierres en abondance aux paysans. Les cabanes ont été construites dans les champs qui étaient éloignés du village pour y garder les outils ou pour se protéger en cas de mauvais temps. Celle que nous avons sous les yeux est une cabane de type tronconique avec un anneau de contention qui vient la renforcer. La fausse voûte (ou encorbellement), toujours conservée, est couronnée d'une dalle mobile permettant de laisser sortir la fumée lorsqu'on faisait du feu.

Patrimoine

  Description : Sépulture à couloir répertoriée pour la première fois en 1912. Conservé dans une ferme, dont il prend le nom, le dolmen fut utilisé comme basse-cour jusqu'à l'abandon du mas. En 1957 l'archéologue Francesc Riuró mena à bien une campagne de fouille et de restauration du mégalithe, qui permit de fournir des renseignements sur le couloir et le grand tumulus qui l'entourait. La construction du dolmen se situe entre 3500 et 3000 av. J.-C. Le mégalithe est fait de grandes dalles en gneiss, une pierre abondante dans les environs immédiats, qui configurent la chambre de forme trapézoïdale. Les dalles qui la ferment, la couverture ovale et l'antichambre sont toujours sur pied. Ce qui n'est plus visible, c'est le couloir qui donnait accès à la chambre, formé de trois dalles sur le côté ouest et quatre à l'est, et que l'on identifie grâce aux incisions trouvées sur la roche, où étaient implantées les dalles. Quant à ses dimensions, le dolmen de la Creu d'en Cobertella est considéré comme l'un des plus importants de Catalogne. Par ailleurs, le poids considérable de la dalle de couverture fait que l'équilibre de la structure soit fragile. Pour en garantir la conservation, depuis quelques années, une clôture interdit aux visiteurs de s'en approcher et il est indiqué, par sécurité, de ne pas y monter.